Amour et relations : trois dures vérités

293
0
Share:

Les mariages d’amour sont conclus dans l’intérêt de l’espèce et non au profit de l’individu.
Arthur Schopenhauer

L’amour n’a pas toujours existé. Plus exactement : l’amour tel que nous le concevons à l’heure actuelle (elle l’aime, il l’aime, ils se marient, ils sont heureux) est, à bien des égards, une invention des troubadours du Moyen-Âge. Cette invention servait, entre autres, les intérêts politiques et culturels d’Aliénor d’Aquitaine. Le problème de cette conception romantique de l’amour, c’est qu’elle est fausse. Tout, dans ce scénario, est bidon. Voici trois dures vérités à vous rentrer dans le crâne si vous voulez avaler la pilule rouge :

L’amour absolu n’existe pas

Les relations humaines sont transactionnelles : vous donnez et vous recevez. Vous donnez de la tendresse, vous recevez du prestige et du sexe ; vous donnez de l’argent, vous recevez de la sécurité affective. Et ainsi de suite. Une relation, c’est un deal. Il n’y a pas d’histoire d’amour gratuite et absolue, dans laquelle chacun est prêt à tout accepter de l’autre sans condition. Plus exactement, il n’y en a pas dans la vraie vie. Dans les contes de fée, c’est autre chose. Mais nous ne vivons pas dans un conte de fées.

On peut éventuellement faire une exception, si vous y croyez, pour l’amour de Dieu ou celui de Jésus. Celui-ci, effectivement, est pur, immense, absolu, inconditionnel. Mais ce n’est pas exactement la même chose. Et puis vous n’êtes pas Dieu, et votre épouse non plus.

L’amour dure tant que dure le deal

Le jour où le deal ne tiendra plus, votre relation cessera : si votre femme vous a épousé quand vous étiez riche et que vous ne l’êtes plus ; si elle se laisse aller physiquement et devient beaucoup moins belle ; si elle refuse de porter vos enfants ; si vous passez moins de temps qu’au début avec elle … dans tous ces cas, l’un de vous s’estimera sans doute légitime pour rompre le contrat. Cela ne veut pas dire partir, ou en tout cas pas tout de suite. Mais cela veut dire ne plus se sentir tenu aux mêmes sentiments.
Quant à l’affection que l’on porte à l’autre, elle compte … un peu. Pas tant que cela, finalement. Moins que le confort, la peur de la crise ou celle des complications liées à une rupture. La plupart des gens ne restent pas ensemble par amour : ils restent ensemble par habitude et parce que quitter l’autre serait plus pénible que de rester avec.

Votre femme n’est pas votre amie

Votre compagne n’est pas la personne qui peut et doit tout savoir de vous : pour que votre couple dure, elle doit, au contraire, être tenue à l’écart de certaines choses. Ne vous inquiétez pas : elle en fait de même pour vous.
Votre femme n’est pas votre amie. Votre femme ne sera jamais votre amie. Elle remplit un autre rôle, est dans un registre différent de votre galaxie relationnelle. Elle peut vous apporter beaucoup mais attend aussi beaucoup de vous. Ne lui montrez de signe de faiblesse que contraint et forcé : moins elle en verra, mieux cela vaudra, pour vous, pour elle et pour votre couple. Avec elle, vous avez à vous montrer fort, protecteur, sérieux, solide. Vous avez à la rassurer physiquement (protection, force), matériellement (travail, argent, sécurité financière du couple), émotionnellement (sentiments, tendresse), sexuellement. Elle sera toujours en demande de confirmation et de sécurité de votre part. En retour, elle vous apportera également des choses, et si l’échange est équilibré et honnête vous gagnerez tous les deux beaucoup dans cette relation. Mais jamais elle ne sera ni ne pourra être l’amie à qui vous pouvez tout dire en toute circonstance.

Le couple, ce n’est pas l’amour fou. C’est un mode de relation nécessaire pour créer une famille, élever ses enfants, transmettre son patrimoine. Le couple, c’est une institution sociale et un partenariat entre deux personnes. C’est un travail d’équipe pour parvenir à un projet commun. On choisit sa femme comme on choisit une associée en affaires : il faut une certaine qualité de relation humaine mais l’amour n’est pas nécessaire. Il aide, il est utile, il rend la chose plus confortable et plus agréable. Mais il n’est pas indispensable.
Car l’amour fou, le vrai, celui qui vous fait faire des choses extraordinaires, celui qui fait battre le coeur, celui qui vous transforme, cet amour-là dure peu et généralement se termine dès qu’on l’a un brin consommé.

Antoine
Share: