Après la Pilule Rouge #9 : 99 autres principes et maximes

Share:
Pilule rouge et pouvoir : 99 maximes

On avait déjà diffusé 99 principes Pilule Rouge, surtout consacrés aux relations hommes-femmes. En voici d’autres, traitant principalement des relations interpersonnelles, du pouvoir et de quelques autres dures réalités quant à la nature humaine. Parce que le réel est dur, froid, tragique et se moque de nos affects, mais qu’il est plus utile de le regarder en face que de le nier…

  1. En matière de persuasion, l’astuce, le sophisme et un certain sens de la théâtralité tendent à aisément triompher de la logique, des faits, des statistiques même les mieux établis. Les êtres réellement rationnels sont rares.
  2. Moins votre auditoire est intelligent, plus vous devrez faire montre de puissance, d’agressivité et de théâtralité pour le convaincre.
  3. Dans un débat, ne cédez pas à l’arrogance en jouant immédiatement votre carte la plus forte. Il est inutile de jouer un As si vous êtes en mesure de l’emporter avec un Valet.
  4. La plupart des gens n’ont que faire de la véracité de vos arguments : ce qu’ils veulent, c’est que vos propos les confirment dans les idées qu’ils ont déjà; ils peuvent également souhaiter que vous leur permettiez de se sentir plus intelligents ou plus vertueux. Si vous les bousculez, vous rencontrerez des résistances.
  5. Si les gens changent d’avis plus tard, ils auront tendance à vous en vouloir de les avoir convaincus en premier lieu. Ils ne se diront que rarement que c’est eux qui ont changé et considéreront plutôt qu’ils ont toujours été les mêmes et que c’est vous qui vous êtes montré manipulateur.
  6. Si vous êtes un intellectuel, ne pas vous faire machiavélien est le meilleur moyen de scier la branche sur laquelle vous êtes assis, en refusant d’utiliser les dons dont la Nature vous dote.
  7. La manière dont vous présentez vos arguments est souvent plus importante que les arguments eux-mêmes. Dans un débat public, ce n’est pas le plus intelligent qui gagne : c’est le meilleur showman.
  8. Si vous n’avez pas de bonne réponse, poser une bonne question peut faire l’affaire, et déstabiliser l’adversaire. Attention toutefois : un abus de cette méthode est dangereux pour votre crédibilité.
  9. L’amour n’est pas plus fort que tout. L’amour est, en particulier, impuissant face à la maladie mentale, à la stupidité ou à certaines formes d’hypergamie.
  10. Les gens aiment être séduits mais il n’aiment pas savoir comment, parce que cela révèle qu’ils sont manipulables. En matière de séduction, l’honnêteté ne paie pas : soyez plutôt tel le prestidigitateur, qui ne dévoile jamais le secret de ses tours.
  11. Si votre interlocuteur change rapidement de sujets dans le courant de la conversation, c’est qu’il est en train de vous sonder : il cherche à repérer le sujet avec lequel vous êtes le moins à l’aise, et va ensuite concentrer ses questions sur ce type de sujet. Son objectif est soit de vous mettre en difficulté, soit de tester votre solidité.
  12. La beauté n’est pas l’innocence et la véritable innocence est spontanée. Plus une femme fait d’efforts pour sembler innocente et se donner des airs de femme-enfant (maquillage, style vestimentaire, etc.), moins il y a de chances pour qu’elle le soit véritablement.
  13. Plus généralement, vous pouvez considérer, en particulier lors d’un premier rendez-vous, que tout effort spécifique et exagéré fait pour vous donner une impression particulière doit vous indiquer la réalité inverse : de même qu’elle porte des talons parce qu’elle se sent trop petite, elle cherchera à sembler très innocente parce qu’elle sait être une traînée, cultivée parce qu’elle sait être ignare, débordante de joie parce qu’elle sait être dépressive, et ainsi de suite.
  14. Le hasard est l’expression d’une loi incomprise. Une coïncidence est la manière dont les gens appellent un mouvement stratégique qu’ils n’ont ni vu ni compris.
  15. Au cirque, les acrobates exécutent la plupart de leurs tours avec le sourire, en donnant l’apparence de la facilité, comme si ce qu’il faisait était magique et non pas le fruit de longs mois d’entraînement. De la même manière, moins vous donnerez le sentiment de faire des efforts pour réaliser quelque chose, plus vous transmettrez une impression de puissance.
  16. Les causes les plus généreuses en apparence sont les cachettes rêvées pour les prédateurs de tous poils. Plus une cause est généreuse et naïve, plus il y a de chances pour que les gens qui en tirent bénéfice soient des cyniques.. Ainsi, bien des groupements et d’associations en faveur des droits humains, des droits des femmes, de la justice sociale, de la lutte antiraciste, du bien-être animal ou du traitement de certaines maladies ne sont rien d’autre que les faux nez et les cache-sexes de salopards sans scrupules. Cela ne veut pas dire que tous ces groupes sont ainsi, ni que tous leurs membres sont des ordures. Seulement que ces groupements tendent à attirer les prédateurs.
  17. Créez un problème de toutes pièces et vous serez capable d’en vendre la solution. C’est ce que font un certain nombre de féministes médiatiques, qui inventent des problématiques, puis vendent du consulting pour les résoudre. C’est le cas de Caroline de Haas, par exemple.
  18. Les foules sont plus naïves et manipulables que les individus isolés. Plus grand est un groupe, plus fortes les chances qu’il soit manipulé. C’est particulièrement vrai si le groupe semble s’être rassemblé de manière entièrement spontanée.
  19. Tout système dans lequel des abus sont possibles connaîtra des abus. Il est stupide et irréaliste de parier sur la vertu des êtres humains en espérant qu’ils n’exploiteront pas les failles d’un système.
  20. Si l’ennemi veut la guerre mais que vous cherchez à tout prix à maintenir la paix, vous avez déjà perdu.
  21. Une chose qui arrive soudainement et brutalement peut se voir offrir une résistance importante. Une chose qui arrive graduellement et lentement ne sera pas remarquée du plus grand nombre avant qu’il ne soit trop tard.
  22. Un ami jaloux est un traître en puissance. Apprenez à couper les membres malades avant qu’ils n’empoisonnent tout l’organisme.
  23. Si vous prenez quelqu’un la main dans le sac, en train de faire quelque chose qu’il n’est pas supposé faire, il ne vous dira pas la vérité : la première raison qu’il vous fournira pour expliquer son acte sera presque toujours un mensonge, donnant des raisons qui, selon lui, peuvent excuser ce qu’il a fait.
  24. Tout mensonge érode votre crédibilité, qu’il soit ou non perçu comme un mensonge immédiatement. Plus vous mentirez, plus vous aurez à mentir et mieux vous aurez à mentir. Mentir systématiquement est, d’un point de vue stratégique, une stupidité. Ne mentez qu’en dernier recours, et seulement si la chose s’avère réellement indispensable.
  25. Les meilleurs menteurs commencent par se mentir à eux-mêmes. Ils commencent donc en général par se convaincre du bien-fondé de leur point de vue, et, pour cela, y deviennent émotionnellement particulièrement sensibles. Le fait qu’une personne se montre émotionnellement sensible sur un sujet qui ne devrait pas la toucher à un tel point est généralement un bon indice, et indique le plus souvent l’hypocrisie.
  26. Ne soyez pas gentil, soyez magnanime. Le gentil se fait écraser. La magnanimité est une forme de pardon : c’est une gentillesse accordée par celui qui aurait la capacité de se montrer brutal mais renonce à le faire en cette occasion précise.
  27. Chacun a besoin de pouvoir faire confiance aux autres. Mais les hommes les plus lâches ont trop peur de l’accorder et les hommes les plus dangereux en sont incapables. Les dangereux et les lâches sont souvent les mêmes.
  28. Une offre de services non finalisée et qui ne peut entrer en application immédiatement n’est rien d’autre qu’une forme de compliment, et ne doit pas être prise au sérieux.
  29. La manière la plus rapide et la plus efficace de gagner la confiance de quelqu’un est de l’aider.
  30. La bienveillance gratuite à l’égard des personnes sous votre commandement est généralement perçue comme une marque de faiblesse et de manque d’autorité. Faites en sorte que votre bienveillance se mérite.
  31. Un désaccord est acceptable au sein du groupe s’il apporte quelque chose : un enseignement, un nouveau point de vue, etc. S’il n’apporte rien, ce n’est pas un désaccord, c’est du sabotage. Si vous êtes amené à diriger, sachez différencier le désaccord du sabotage. Dans le doute, partez du principe qu’il s’agit de sabotage : les gens aiment détruire ce qu’ils ne peuvent pas contrôler, même s’ils ne gagnent rien dans le processus.
  32. Si une punition est nécessaire, elle doit être rapide, sans quoi elle semblera injuste. A l’inverse, la récompense doit être graduelle, et étalée sur le temps long.
  33. Si vous avez besoin d’un traître dans le camp opposé, lui offrir une promesse de vengeance est plus sûr que de lui offrir de l’argent.
  34. Celui qui vous admire le plus, qui prend exemple sur vous, qui écoute tous vos avis et se sert de votre exemple dans sa propre existence, celui-là est votre ennemi potentiel : c’est celui qui vous trahira le plus volontiers, s’il peut y gagner l’impression de prendre votre place.
  35. Autoriser l’insolence d’un seul, c’est la permettre à tous. N’hésitez pas à briser le premier qui se la permet, à vous retirer de la conversation ou à le ridiculiser.
  36. Les actes les plus horribles et les plus monstrueux peuvent être perpétrés avec les meilleures intentions du monde et les mauvais conseils procèdent parfois de bonnes intentions. Plus souvent, cependant, ils procèdent du propre narcissisme de votre interlocuteur, et de son besoin viscéral d’amener une contribution à la discussion, même s’il n’en est pas capable.
  37. Beaucoup de gens détestent avoir à obéir à une autorité. Mais au lieu de remettre en cause le système qui a provoqué cette autorité ou les raisons pour lesquelles elle s’exerce sur eux, ils préfèrent en général se contenter de haïr son détenteur actuel. Il en va de même pour l’accès aux femmes, d’ailleurs : beaucoup d’hommes détesteront le conjoint de celle qu’ils convoitent, au lieu de se demander pourquoi c’est son tour et ce qui a fait qu’eux n’ont pas été sélectionnés.
  38. Plus vous disposerez d’autorité et de pouvoir au sein d’un groupe, plus vous serez courtisé par ceux qui espèrent que vous en usiez à leur bénéfice. L’ampleur de leur courtisanerie ne sera pas nécessairement proportionnelle à l’importance réelle du pouvoir dont vous disposez.
  39. La loyauté se mesure en périodes d’échec et de difficulté, non en période de succès. Mettre en scène une difficulté peut permettre de juger des loyautés réelles.
  40. Être magnanime est une expression de votre pouvoir. Et cela peut même contribuer à l’humiliation d’un ennemi vaincu.
  41. Il est bon d’être généreux avec ses amis, courtois avec les inconnus et impitoyable avec ses ennemis. Mais il est mieux encore de savoir différencier les uns des autres.
  42. Une stratégie élaborée en se fiant à ses émotions est presque toujours une mauvaise stratégie.
  43. Le meilleur moyen de faire en sorte qu’une personne agisse selon vos instructions est de la laisser croire que l’idée vient d’elle.
  44. Les conseils qui n’ont pas été sollicités sont rarement appréciés à leur juste valeur, quelle que soit leur qualité. Ne donnez pas de conseil si on ne vous en demande pas. Ne donnez pas non plus de conseil à tous ceux qui vous en demandent. Un conseil est une faveur, à réserver à ceux qui en sont dignes et qui prendront la peine de les écouter. Si les convenances vous forcent à donner une opinion, il vous est toujours possible de ne pas vous prononcer clairement, en prétendant ne pas avoir d’idée précise quant à la démarche à adopter.
  45. Le plus sûr moyen de donner de la puissance à votre parole est de la rendre rare : évitez le bavardage inutile et ne vous exprimez que lorsque la chose est nécessaire ou utile.
  46. Soyez certain que tout ce que vous dites ou faites pourra être interprété d’une manière qui vous sera défavorable. Le pouvoir consiste, bien souvent, dans le fait de pouvoir orienter les interprétations que l’on donne des actes des autres.
  47. Machiavel disait que les hommes doivent être ou caressés ou écrasés. En clair : ceux qui sont immunisés aux carottes ne sont pas immunisés aux bâtons. Les individus immunisés aux deux sont rarissimes.
  48. Celui qui vous prodigue des conseils en dit presque autant sur lui-même que sur le problème qu’il tente d’aider à résoudre. Ses conseils, en effet, révèlent ce qu’il estime être facile à modifier et ce qu’il estime difficile à changer.
  49. La beauté d’une femme prédit avec certitude le nombre d’hommes qui seront prêts à faire n’importe quelle stupidité pour elle, y compris les plus dangereuses et les plus immorales. Assurez-vous de ne pas faire partie de ces imbéciles.
  50. Le secret dont s’entoure la vie privée de chacun rend tout le monde plus ou moins fou. Les uns veulent savoir à toute force, même quand ce savoir n’a aucun intérêt. Les autres veulent percer le secret, même quand il n’y en a aucun de valable. La discrétion encourageant la curiosité, le meilleur moyen de conserver un secret reste de faire en sorte que l’existence-même du secret soit secrète. Dès qu’une personne soupçonne l’existence d’un secret, elle cherche à le percer.
  51. Qui a bien défini son rôle détient davantage de pouvoir et de liberté que qui ne l’a pas fait, car les êtres humains tendent à se conformer à leur rôle.
  52. Celui qui parvient à contourner les règles communes en les respectant dans la lettre mais pas dans l’esprit peut être admiré pour son astuce. Mais pas pour sa moralité.
  53. La vraie moralité et la dignité véritable sont rares. La plupart des gens qui s’estiment moraux sont seulement plus chers à corrompre que d’autres. Toute personne ou presque a son prix. Le fait que ce prix soit élevé ne change rien au fait de se prostituer.
  54. Quel que puisse être votre statut au sein d’une organisation, soyez assuré qu’il y aura toujours quelqu’un pour lorgner sur votre place.
  55. N’oubliez jamais que la plupart des gens préfèrent oublier les choses désagréables. S’ils sont en mesure de prétendre qu’elles n’ont jamais eu lieu, ils le feront.
  56. Dès qu’il y a échange, il y a quelqu’un qui espère être payé au plus tôt, et si possible avant de faire sa part du travail et l’autre qui espère payer le plus tard possible. La chose est vraie dans le monde des affaires. Elle l’est aussi en matière de séduction. 
  57. Seuls les hommes les plus arrogants croient que la colère est une émotion dont ils peuvent faire preuve en public sans souffrir de conséquences. La colère, en réalité, est l’ultime faiblesse. La véritable puissance réside dans la maîtrise de sa colère, et le fait de ne pas la montrer aux autres.
  58. Les hommes doivent acquérir leur propre valeur, les femmes préserver la leur. C’est la raison pour laquelle l’âge d’une femme est un tabou, pas celui d’un homme.
  59. Si vous ne dominez pas vos émotions, c’est que ce sont elles qui vous dominent. Si ce sont elles qui vous dominent, c’est que ceux qui en sont à l’origine vous dominent. Vous êtes leur serviteur, qu’ils le sachent ou pas.
  60. Si vous êtes amené à pardonner à quelqu’un plusieurs fois d’affilée, il y a fort à parier pour que cette personne se moque de vous. Cessez de pardonner ou prenez vos distances.
  61. La différence entre un homme incapable d’empathie et un homme capable de suspendre son empathie lorsque la chose est appropriée est essentielle : le premier est incapable de vertu.
  62. Les gens vous jugent sur ce que vous avez, pas sur la difficulté que vous avez eue à l’obtenir.
  63. Être provoqué, c’est être invité à agir d’une manière qui réduise vos capacités, votre pouvoir ou vos possibilités ultérieures. Ignorer la provocation est souvent la meilleure stratégie.
  64. Une question qui vous est posée peut signifier deux choses : soit que votre interlocuteur souhaite que vous lui prêtiez attention, soit qu’il tente de vous déstabiliser. Les questions sincères et pertinentes existent mais elles sont rares.
  65. Moins il vous faudra de mots pour expliquer une situation, plus facilement vous serez cru.
  66. Il est inutile d’expliquer en détails pourquoi vous n’êtes pas intéressé par quelqu’un, que ce soit professionnellement ou sentimentalement : vos explications amèneront rarement à une remise en cause de la personne, et souvent à une remise en cause de vos propos ou de vos raisons.
  67. Si vous parvenez à identifier ce qu’une personne veut, il ne vous reste plus qu’à identifier ce dont elle a besoin et ce qu’elle a peur de perdre et vous saurez d’elle à peu près tout ce qu’il est utile de savoir.
  68. Se justifier n’est utile que face à un auditoire qui vous est déjà acquis. Face à un auditoire qui vous est hostile, cela passera toujours pour de la faiblesse et un aveu de culpabilité.
  69. Certains vous pourriront la vie par malveillance, d’autres par jalousie, d’autres encore par inadvertance, certains par bêtise et certains autres par pure malchance. Quoi qu’il en soit, vous n’avez pas besoin d’identifier les motivations d’une personne pour la déclarer toxique et prendre vos distances.
  70. L’attaque révèle l’intention. La défense révèle les priorités. A la guerre comme en amour.
  71. Tout est conflit mais les conflits peuvent revêtir des atours différents. L’amour, la politique, les affaires … dès qu’il y a compétition, il y a conflit. Dès qu’il y a conflit, il y a des gagnants et des perdants.
  72. Jugez d’une loi à ses résultats, non aux motivations de sa rédaction. Il en va de même pour toute règle commune, en entreprise comme dans le couple.
  73. Sachez dissimuler votre savoir, et en particulier votre savoir Pilule Rouge. Personne n’aime ceux qui en savent trop, ni ceux qui lisent trop clairement dans le jeu des autres. Il est dangereux de croire au mystère féminin mais profitable de faire semblant d’y croire dans une certaine mesure.
  74. Plus généralement, soyez conscient du fait que les points de vue sortant de la doxa et les idées non orthodoxes ne sont jamais bien vues : la plupart des gens ne croiront pas que vous les professez avec sincérité, prendront cela pour un genre que vous vous donnez ou supposeront  que vous êtes stupide ou méchant.
  75. S’ils se rendent compte que vous avez finalement raison, ne comptez pas sur l’honnêteté intellectuelle de la plupart d’entre eux. Au contraire, ils vous en voudront, parce qu’ils penseront que c’est par cruauté ou par méchanceté que vous les mettez face à leurs erreurs.
  76. Contrôler le langage, c’est contrôler la pensée. Le vocabulaire est une arme cognitive majeure. Les différentes tentatives d’assaut sur le langage (écriture inclusive, redéfinition du racisme, genre neutre…) ne doivent pas être vues comme d’innocentes modes un peu bébètes, mais bien comme des entreprises totalitaires de prises de pouvoir sur la pensée de chacun.
  77. L’esprit est soumis aux mêmes règles d’hygiène que le corps : le salir ou le polluer avec des contenus malsains est possible à petite dose, à condition de le nettoyer ensuite. A forte dose, cependant, la chose peut être dangereuse. Présumer de sa volonté et de sa détermination personnelles et se croire imperméable aux influences sont les plus sûrs moyens d’être influencé.
  78. La différence entre séduction et manipulation est minime et dépend en grande partie du point de vue que l’on choisit d’adopter pour en parler. Tant qu’elle sera sous votre charme vous serez un séducteur. Dès qu’elle ne voudra plus de vous, vous deviendrez un manipulateur.
  79. Il est préférable pour votre tranquillité d’esprit de mépriser tout ce que vous savez ne pas pouvoir avoir et de n’y accorder aucune importance. Vous laisser dévorer par l’envie est inutile, vain et dangereux.
  80. Si vous êtes en mesure de rester calme, rationnel et productif, quand tous les autres sont dans l’émotion ou la colère, vous disposez d’un avantage décisif.
  81. En vertu du principe de Peter, il est probable que votre boss est moins compétent que vous. Faites en sorte que ceux qui se trouvent au dessus de vous dans la hiérarchie conservent une impression confortable de leur propre supériorité. Aidez-les, si possible, à sembler plus brillants qu’ils ne le sont en réalité. Évitez de leur montrer l’intégralité de vos talents ou de vos compétences, afin de ne pas les effrayer.
  82. Quoi que vous fassiez de bien, ce ne sera jamais assez bon aux yeux des autres, si votre Valeur sur le Marché Sexuel est basse. Si elle est élevée, quoi que vous fassiez de mal, ce ne sera jamais vraiment grave.
  83. Si vous devez demander de l’aide, tentez de motiver cette demande en faisant appel à l’intérêt de la personne à qui vous demandez, plutôt qu’à sa pitié ou à sa bienveillance. Si vous êtes assez convaincant, non seulement elle vous aidera avec meilleure volonté, mais en plus il est possible qu’elle ne vous estime pas lui devoir quoi que ce soit.
  84. L’une des formes de manipulation les plus efficaces consiste à forcer un choix biaisé. Si vous pouvez amener les autres à ne jouer que les cartes que vous leur distribuez, vous avez déjà gagné la partie. A l’opposé, soyez toujours circonspect envers celui qui semble vous proposer un choix réduit d’options, comme s’il n’en existait aucune autre : il cherche à vous manipuler.
  85.  N’acceptez jamais qu’un autre décide intégralement de votre rôle. Vous êtes certes déterminé par votre idiosyncrasie mais c’est vous et vous seul qui décidez de ce que vous en faites. Vous avez un contrôle très important sur l’image que vous renvoyez aux autres. Ce qu’ils pensent de vous a priori est déterminé par nombre de vos choix. Vous en êtes responsable, en bien comme en mal.
  86. Souvenez-vous que vous jouez un rôle, que vous le vouliez ou non. Personne d’autre que vous (et encore…) n’aura jamais accès à la vérité de votre Moi profond. Il n’y a pas de différence entre un homme qui feint efficacement la vertu toute sa vie et un homme réellement vertueux : ce sont vos actes qui forgent votre identité, pas vos intentions.
  87. Reconnaître l’existence d’un problème mineur, c’est lui donner de l’importance. Il est souvent préférable d’ignorer les problèmes de peu d’importance quand on ne peut pas les résoudre ou que leur résolution coûterait trop cher.
  88. Tout ce qui est offert gratuitement est un danger. La gratuité n’existe que très rarement. La plupart du temps, ce que l’on vous présente comme gratuit contient des coûts cachés. Et parfois faramineux. Si vous ne payez pas, c’est que vous êtes le produit. C’est vrai en ce qui concerne Facebook. C’est vrai aussi dans bien d’autres cas. Tout ce qui a de la valeur a un prix (l’inverse n’est pas nécessairement vrai).
  89. Celui qui décide de la chronologie dispose du vrai pouvoir au sein d’un groupe ou d’une relation. Si c’est vous qui décidez quand les choses adviennent, vous êtes aux manettes. Être ou sembler pressé indique un manque de contrôle et de certitude.
  90. Pour toute chose, il existe un kairos : un moment opportun, un instant qu’il faut savoir saisir au vol. En affaires comme en amour, saisir le bon moment est généralement primordial. A défaut du bon moment, mieux vaut tenter sa chance un peu trop tôt qu’un peu trop tard.
  91. Les moments de victoire sont des moments de grand danger. Sachez ne pas y faire preuve d’arrogance, ni aller trop loin. Si vous vous êtes fixé un objectif, atteignez-le mais ne cherchez pas, dans l’immédiat, à trop le dépasser, sans quoi vous vous mettriez en péril. Le succès immédiat n’est pas un substitut à la stratégie ni à la planification.
  92. Il est fréquent, au sein d’un groupe, qu’une bonne partie des problèmes trouvent leur source dans un seul et même individu. Il n’est pas forcément mal intentionné, et d’ailleurs, le plus souvent, il ne l’est pas; mais sa présence, son mode relationnel avec les autres ou sa façon d’être est toxique pour le groupe. Apprenez à le repérer.
  93. Si vous prenez la succession d’une personne de grande qualité ou que l’un de vos parents a connu des succès majeurs dans sa vie, vous devrez travailler deux fois plus et deux fois plus dur pour obtenir ne serait-ce que la moitié de sa gloire, car vous serez toujours un successeur ou un « fils de ». Tout le monde connaît Alexandre le Grand, personne ou presque ne se souvient des noms des Diadoques. Rester dans la même voie que votre prédécesseur vous condamne à rester dans son ombre.
  94. Créez en vous-même et pour vous-même une sensation d’urgence : soyez convaincu qu’il est beaucoup plus tard que vous ne le pensez. Votre pire ennemi est votre propre paresse et le sentiment que vous avez le temps.
  95. Celui qui vient vers l’autre lui offre implicitement sa soumission. L’associé qui vient vous trouver, le patron qui cherche à vous recruter ou la femme qui vous rend visite à l’improviste ‘juste pour vous voir et prendre des nouvelles » sont tous trois en votre pouvoir.
  96. Il n’y a pas d’égalité au sein des êtres humains. Les hiérarchies sont partout. On est toujours dominant ou dominé, au dessus ou au dessous de quelqu’un. Seul un imbécile peut croire qu’il est toujours dominant.
  97. Si vous n’êtes pas le dominant au sein de votre couple, vous êtes le soumis. Si vous êtes le soumis, elle fera de son propre bonheur sa priorité et ne se souciera pas du vôtre. Si vous êtes dominant, elle fera de votre bonheur sa priorité, et cela la rendra heureuse.
  98. Le fait d’être dominant ou non au sein du couple n’a rien à voir avec la force physique : c’est une question de virilité intérieure et de force morale. Faire preuve de brutalité est d’ailleurs, généralement, le dernier refuge du manque de virilité.
  99. L’amitié réelle entre un homme et une femme n’est possible que si le désir est éteint des deux côtés. Si ce n’est pas le cas, celui qui est désirant est le jouet de celui qui est désiré, que le désiré le veuille ou non.

 

Une partie de ces maximes provient des ouvrages de Robert Greene : 48 lois du pouvoir et 33 lois de la guerre. Lisez-les : c’est d’un cynisme absolu mais très édifiant.

Produits disponibles sur Amazon.fr

 

Illustration : Jaanus Jagomägi

NeoMasculin
Share: