La Matrice : c’est sérieux ?

246
0
Share:

Quand on découvre pour la première fois le monde de la manosphère et de la Pilule Rouge et qu’on entend parler de Matrice, il y a de quoi être surpris. Est-ce que les tenants de la manosphère et du néo-masculinisme croient réellement qu’on vit dans une simulation informatique ? Petite clarification rapide…

En un mot : non

Pour faire rapide : non, on ne croit pas que nous soyons dans Matrix. Ni dans cette Matrice ni dans aucune autre simulation informatique. Hélas, nous vivons bel et bien dans le monde réel, aussi déplorable qu’on puisse trouver cette nouvelle. Mais ça ne veut pas dire que le regard que nous posons généralement sur ce monde est juste. On parle de la Matrice en tant que métaphore. 

Mais alors la Matrice, qu’est-ce que c’est exactement ?

C’est tout ce qui vous empêche de voir le monde tel qu’il est réellement. Tous les mensonges qu’on vous a appris, en particulier sur les relations entre les hommes et les femmes, mais aussi sur la société, les rapports de force, la nature humaine, et ainsi de suite. Tout ce réseau de mensonge contribue à colorer la vision que vous avez du monde, à orienter vos jugements et vos pensées. C’est une forme de prison idéologique et intellectuelle, qui vous accompagne partout où vous allez parce qu’elle fait partie de vous.

On croit souvent que la réalité est objective : du moment qu’on constate l’existence d’une chose, c’est qu’elle existe, point. Ce n’est pas entièrement vrai. En fait, nous ne posons jamais sur le réel un regard réellement neutre : nous le jugeons en permanence, nous l’interprétons, en fonction de notre culture, de notre éducation, de nos modes de pensée et surtout de nos propres limites. Éduquer une personne, c’est lui apprendre à penser d’une certaine manière et donc, forcément, pas d’une autre. La Matrice, c’est donc l’ensemble de l’éducation que vous recevez, depuis votre enfance, mais aussi au quotidien : le cinéma, la publicité, la télévision, la radio, les magazines … toute cette architecture médiatique et idéologique constitue une forme de prise de contrôle sur la population, puisqu’elle diffuse, dans l’ensemble, la même idéologie. Et avec un tel naturel et à un rythme si continu que, bien souvent, vous ne vous apercevez même pas que c’est une idéologie.

Quelques exemples de cette idéologie

L’idéologie de la Matrice est partout. Quelques exemples courants :

  • Avez-vous remarqué, par exemple, que dans les publicités c’est presque toujours la femme qui a raison contre son mari, et les enfants contre leurs parents ?
  • Avez-vous remarqué que notre société a pris l’habitude de punir les hommes accusés de viol ou de harcèlement (en les privant de leur travail, en les vouant à la vindicte populaire…) avant qu’ils ne soient jugés, et donc avant qu’on ne sache s’ils sont ou non coupables de ce dont on les accuse ?
  • Avez-vous remarqué que dans le cas des violences conjugales, nos institutions ne se mobilisent que contre les violences faites aux femmes, jamais les violences tout court, quelle que soit leur victime ? Peut-être pensez-vous que c’est parce que les hommes battus sont très rares ? Pas du tout : ils représentent plus d’un quart des plus de 500 000 victimes déclarées. Idem pour les viols. Observez attentivement cette page, issue du Haut Commissariat à l’Égalité : on y apprend, dès les premières lignes, que 16% des femmes et 5% des hommes déclarent avoir déjà subi un viol ou une tentative de viol. Là encore, les hommes représentent donc un quart des victimes. Mais le Haut Commissariat exprime cette réalité en écrivant : « les femmes sont trois fois plus victimes de violences sexuelles que les hommes », ce qui est une façon de minimiser ou de nier les victimes masculines. D’ailleurs, dans le reste de la page, les statistiques, à une ou deux exceptions près, ne concernent que les femmes. La souffrance et la douleur des hommes est tout simplement évacuée des propos. 
  • Toujours dans le cas du viol : quand deux personnes alcoolisées ont un rapport sexuel, il peut s’agir, aux yeux de la loi, d’un viol avec circonstances aggravantes. Ce qui signifie qu’on attend de l’homme qu’il reste maître de lui même et responsable de ses actes même quand il est ivre; alors qu’en état d’ivresse, la femme n’est plus responsable de ce qu’elle fait et toujours une victime. Même si cette ivresse est la conséquence d’un choix réel, en adulte responsable : celui de boire, donc de se mettre en danger d’ivresse. Qu’est-ce qui justifie une telle différence de traitement ? Ne devrait-on pas considérer qu’une personne ivre ne peut pas consentir, et donc qu’un homme qui a un rapport sexuel en ayant bu est lui aussi violé ?
  • Avez-vous déjà vu des publicités ou des communications publiques au sujet du dépistage du cancer de la prostate ? Sans doute pas, ou rarement. Pourtant, ce cancer tue 24 000 personnes en France chaque année, contre 12 000 pour le cancer du sein, qui, lui, est très largement médiatisé.
  • Avez-vous remarqué qu’en lisant les lignes qui précèdent, si vous êtes nouvel arrivant dans le monde de la Pilule Rouge, vous avez ressenti une sorte de gêne ? Même en sachant que tout cela est vrai, vous avez, au fond de vous, comme une forme de honte à vous plaindre, comme si le fait de considérer un homme comme une potentielle victime, et non toujours comme un potentiel coupable, cela allait à l’encontre de vos habitudes de pensée ?

La Matrice, c’est tout cela, et bien plus encore. C’est cette architecture mentale, psychologique, idéologique, qui vous fait accepter le gynocentrisme comme naturel, la male disposability comme allant de soi, le féminisme ambiant comme nécessairement une bonne chose, et ainsi de suite. Sortez de la Matrice et vous devenez un opposant : un mal-pensant, un méchant, un affreux pas beau fasciste machiste misogyne. Même si vous n’exprimez aucune haine et vous contentez de dire ce qui est. Parce que le seul fait que vous existiez, que vous osiez penser autrement, en dehors des clous, cela vous exclue du troupeau. Préférer la vérité au confort intellectuel est le premier pas vers une authentique émancipation. Mais l’immense majorité de la population n’est pas et ne sera jamais prête à faire ce premier pas.

Aller plus loin

Pour mieux comprendre la Matrice, ce qu’elle est, ce qu’elle veut, ce qu’elle produit, les effets qu’elle a sur les mentalités et pourquoi une certaine forme de féminisme dévoyé en est le bras armé, voir ces articles, classés par ordre de difficulté, du plus facile au moins facile :

Cinquante nuances de rouge

Le principe de la jeune fille : le féminisme d’un point de vue social et politique

Introduction à la Pilule Rouge : Matrice, Pilule Bleue, Pilule Rouge

Émancipation personnelle : comment commence une libération

Illustration : Darius Bashar

NeoMasculin
Share: