Ma vie de réac

Réactionnaire, Morgan Navarro ne l’est pas vraiment. Disons plutôt qu’il est un petit peu coincé, sans doute pourvu d’un vernis vaguement conservateur, et surtout plutôt lucide. Bien entendu, cette définition est biaisée, le réac, par nature, s’estimant sain d’esprit au milieu d’un monde devenu fou, et ne pouvant que considérer comme lucide un autre réac.

Papa, la maman de Manon, elle a dit que j’avais un comportement trop genré. Ça veut dire quoi ?
Ça veut dire qu’elle est complètement tarée. 

Si Morgan Navarro est réac, il le reste dans des proportions tout à fait raisonnables, modérées, et propres à être publiées sur un blog du Monde. Pas de quoi affoler les foules, donc : on est loin du fasciste violent, la bave aux lèvres, ou du macho hyper-viril au comportement digne d’un Tyler Durden. Mais cette modération dans le propos (en tout cas si on le compare à celui de pas mal de contenus de la manosphère), ainsi que la prise de distance humoristique et volontiers caricaturale d’avec le personnage, est justement ce qui fait la qualité du travail de Navarro. Car, mine de rien, les messages passent. Mine de rien, sous couvert d’humour, il parvient à exprimer des choses qui sont, a minima, de l’ordre de la Pilule Violette. Le tout dans un ouvrage et sur un blog que vous pouvez (presque) faire lire à votre belle-mère : elle trouvera sans doute le personnage central affreusement méchant mais il se pourrait bien qu’elle se prenne à sourire.

Ma vie de réac Morgan Navarro

Au final, cela donne une BD agréable, pas toujours très profonde (mais ce n’est pas son but) et qui propose une collection d’anecdotes dans lesquelles bien des hommes sous Pilule Rouge se reconnaîtront : on y parle féminisme, idiocratie, idéologie de genre, écriture inclusive, cucks et chevaliers blancs, éducation « non genrée », idéologie trans, etc. Bref : toutes ces tendances contemporaines qui sont à la fois délétères pour la société et des offenses à l’intelligence des individus.  On y parle aussi, et surtout, de la pression constante que subissent les gens qui ne sont pas dans la pensée mainstream, c’est-à-dire ceux qui refusent de se soumettre aux impératifs de l’idéologie narcissique et bien-pensante contemporaine. Chantage affectif, raccourcis outranciers, insulte permanente à peine voilée … sans compter la douleur qu’il peut y avoir à fréquenter des imbéciles. Les dessins de Morgan Navarro présentent d’ailleurs à la perfection, même si ça n’est pas sans tendresse, la pauvreté intellectuelle et morale régnant dans les milieux bobo.

Ma vie de reac cuck

Tout cela contribue à faire de ces bandes dessinées une lecture plaisante, dont on ressort avec le sourire. Si vous êtes un lecteur régulier des sites de la manosphère, vous n’y apprendrez rien, certes. Mais cela aura le mérite de vous détendre. Cela aura, également, le mérite de vous donner du contenu à partager, à faire découvrir, à faire lire à des amis ou des proches qui pourraient venir à la Pilule Rouge mais, pour une raison ou une autre, n’osent pas ou ne parviennent pas à franchir le pas. En outre, le fait que le blog de Navarro soit hébergé par Le Monde, temple de la bien-pensance, peut être, pour bien des gens sous Pilule Bleue, considéré comme une garantie d’innocuité idéologique, ce qui peut les encourager à le lire.

Vie de reac homme blanc cisgenre

Les commentaires, souvent haineux et volontiers excessifs, des Social Justice Warriors qui, visiblement, ont découvert le blog depuis quelques mois, et dont certains sont reproduits dans les éditions papier de la BD, indiquent d’ailleurs nettement à quel point, en certaines occasions au moins, Navarro frappe juste. Bien entendu, tout cela reste assez consensuel et plutôt bob-intello-parisien. Il n’empêche : le fait que Le Monde se risque à héberger ce type de contenus indique également à quel point certains des propos de Morgan Navarro font écho dans l’esprit de nombre de nos contemporains, et combien des bribes de thèses Pilule Rouge (qu’on les nomme ainsi ou pas) commencent lentement à infuser au sein de l’opinion publique. le seul fait que cette BD soit possible, publiable et publiée (les versions papier sont sorties chez Dargaud, là encore un grand éditeur bien mainstream) peut être lu comme un signe positif.

Bref : un blog BD sympathique, à suivre, et des bouquins qui peuvent faire de jolis cadeaux pas cons, pour soi ou pour un ami dont on souhaite, en douceur et avec humour, éveiller la conscience. Cela se lit facilement et vite, et peut être de nature à faire naître un sourire chez l’homme sous Pilule Rouge. 

Ma vie de réac, le blog de Morgan Navarro : http://morgannavarro.blog.lemonde.fr

Pour acheter les bouquins, c’est ici :

 

Toutes les illustrations de cet article sont issues du blog de Morgan Navarro.
NeoMasculin
TagsHumour
Share:
%d blogueurs aiment cette page :