Musculation : à la maison ou en salle ?

299
0
Share:
Musculation à la maison ou en salle : une affaire de choix

Vous avez décidé de vous mettre à la musculation sérieusement. Félicitations, c’est une excellente idée, pour toutes sortes de raisons. Mais reste une question en suspens : où allez-vous vous entraîner ? Musculation à la maison ou en salle ? Il y a du pour et du contre dans les deux cas…

Musculation à la maison : les bons points

Le prix

S’entraîner chez soi ne coûte rien. Et quand je dis rien, je veux réellement dire : rien du tout. Vous pouvez parfaitement commencer sans investir un sou dans l’équipement. Assez vite, cependant, vous souhaiterez acquérir un peu de matériel. Mais même en ce cas, ce dont vous avez réellement besoin au début reste très bon marché : deux haltères et/ou une barre, trente ou quarante kilos de fonte, un tapis de sol. Vous pourrez toujours acheter davantage de matériel par la suite (notamment un banc) mais pour la première année, vous pouvez vous en tirer à moins de cent euros. Soit le prix de trois mois d’abonnement dans pas mal de salles de sport.

L’intimité

Personne ne sera là pour vous voir agiter vos bourrelets. Si vous êtes timide ou avez honte de ce que vous avez fait à votre corps, c’est un bon point.

Ouvert 24 heures sur 24

Aucune raison de vous soucier de l’horaire : si votre emploi du temps l’exige, vous pouvez vous entraîner très tôt le matin ou très tard dans la nuit, sans problème.

Moins de choix dans les machines

Oui, c’est un point positif ! Car les salles de sport sont généralement pleines de machines diverses, dont la plupart sont en réalité inutiles. Les seules choses dont vous avez réellement besoin, ce sont des poids, des haltères et une barre. Tout le reste est purement accessoire. En étant obligé à moins de diversité, si vous pratiquez la musculation à la maison, vous êtes poussé à vous concentrer sur les exercices les plus simples et les plus efficaces.

Musculation en salle : les bons points

L’ambiance

Si et seulement si la salle est bonne, vous aurez peut-être droit à une ambiance sympathique. Cela peut vous encourager à y aller plus régulièrement.

Coachs et spotters

En salle, vous trouverez facilement de l’aide, des conseils, des spotters, etc. Cela peut grandement vous faciliter les choses. Les tenants de salles sont souvent des coachs sportifs, qui peuvent vous aider à construire votre programme.

La motivation

Si vous êtes du genre à vous démotiver rapidement, le fait de payer un abonnement tous les mois, que vous veniez ou non vous entraîner, peut être une bonne raison de vous bouger les fesses.

Musculation à la maison : les mauvais points

Pas de contrôle social ni d’encouragement

Personne n’est là pour vous faire remarquer que ça fait une semaine qu’on ne vous a pas vu. Personne non plus pour vous dire que vous faites mal tel ou tel geste. Personne, enfin, pour vous encourager.

Pas de coaching

Si vous n’avez pas bien appris les gestes et faites n’importe quoi, personne ne sera là pour vous le dire. Il y a pas mal de ressources en ligne pour vous aider, mais si vous êtes d’un naturel fainénant ou j’menfoutiste, ça ne vous aidera pas tant que ça.

Musculation en salle : les mauvais points

Le prix

Comptez un minimum de 20€ par mois, et encore : pour une bonne salle, ce sera sans doute deux à trois fois plus. Mais même en comptant le minimum : 240€ par an, ça reste beaucoup plus que ce que vous coûteraient une paire d’haltère, un tapis de sol et un banc pour vous entraîner chez vous.

L’ambiance (oui, aussi)

Beaucoup de salles sont pourries : lumières agressives, musique de merde jouée à fond, douches à la propreté douteuse, faune locale pas spécialement intéressante. Un bon conseil : ne prenez jamais un abonnement d’entrée de jeu. Payez-vous plutôt deux ou trois séances sans abonnement, histoire de tester la salle et de voir à quoi ses habitués ressemblent. Il est important de la tester à plusieurs heures différentes, si la chose vous est possible : l’ambiance du soir peut vous sembler détestable mais celle du début d’après-midi vous plaire, ou inversement.

La localisation

Pas nécessairement un souci si vous avez une salle proche de chez vous. En revanche, s’il vous faut conduire 20 minutes pour arriver à votre lieu d’entraînement, attendez-vous à ce que votre motivation baisse de mois en mois.

Les distractions

Vous venez en salle pour vous entraîner. Pas pour discuter, pas pour faire des selfies, pas pour mater le cul des filles. Et c’est une chose que beaucoup d’hommes fréquentant les salles de sport oublient. Les mêmes, d’ailleurs, qui viendront plus tard se plaindre de leur manque de progrès.

Politesse et étiquette

Pas question de mettre la musique que vous voulez. Pas question de hurler quand vous soulevez lourd. Pas question de vous gratter les couilles dès que vous en avez envie. La salle de sport est un lieu semi-public et vous devez bien vous y comporter, même en plein effort.

Heures de pointe

Si vous n’êtes disponible qu’entre 18 heures et 21 heures, la salle de sport risque fort de ressembler à une rame de métro aux heures de pointe. Ne vous attendez pas à ce que la machine que vous souhaitez utiliser soit disponible immédiatement.

En conclusion

On pourrait poursuivre la liste encore longtemps. A titre personnel, je trouve que la musculation à la maison l’emporte (de peu, il est vrai) sur celle en salle. Mais c’est avant tout une question de choix personnel, de style de vie et de disponibilités : on fait avec ce qu’on a sous la main et selon ce qui correspond le mieux à sa personne. Reste qu’avant de vous lancer dans un ambitieux programme de musculation à la maison, il peut être une bonne idée, si vous êtes un vrai débutant, de commencer par vous payer deux mois dans une salle, ne serait-ce que pour apprendre les gestes de base et commencer à vous familiariser avec la pratique. 

Illustrations : Freepik
Martial
Share: