Tatouages visibles

15210
2
Share:
Si elle porte des tatouages, c'est qu'elle est très facile à baiser
AVERTISSEMENT
Cet article a fait l’objet de vives critiques.
De fait, il contient quelques inexactitudes, qu’il convient de corriger.
Vous trouverez l’ensemble des corrections, précisions et errata ICI.

 

Les tatouages, jadis rares dans nos sociétés pour qui n’était ni marin, ni prostituée, ni ancien taulard, ni rescapé de Buchenwald, sont devenus ces dernières années de plus en plus courants. Effet de mode conjugué au caprice élevé comme justification de tout (et de n’importe quoi), les tatouages, et surtout les tatouages visibles (sur le visage, les mains, les bras, les épaules…) peuvent vous amener un paquet d’emmerdes. Examinons-en quelques-unes…

Les tatouages : un sens de l’amélioration personnelle biaisé

Dans l’épisode pilote de la série Girls, le personnage joué par Lena Dunham, et qui est à bien des égards son alter-ego, discute de ses tatouages avec son petit ami. Celui-ci lui demande pourquoi elle est autant tatouée, et elle lui répond en gros la chose suivante : Il y a quelques années, je me suis mise à prendre beaucoup de poids. J’éprouvais le besoin de reprendre possession de mon corps.

Il y a, dans cet aveu, quelque chose d’involontairement très profond : quand elle a constaté qu’elle prenait du poids (et qu’elle n’aimait pas cela), Lena a bien compris qu’il lui fallait lutter contre la baisse de sa Valeur sur le Marché Sexuel. Une personne raisonnable se serait mise à faire du sport, à surveiller son alimentation, peut-être à consulter régulièrement un diététicien, si nécessaire. Bref, à faire des efforts. Des efforts réels, difficiles, pénibles et longs, mais qui apportent au final une réelle amélioration de l’être.

Au lieu de cela, Lena a opté pour une pseudo-amélioration qu’on peut acheter. Certes, se faire tatouer est douloureux. Mais cette douleur ne dure guère que quelques heures ou quelques jours : rien à avoir avec le fait de mettre en place une hygiène de vie durable, ni de passer une heure par jour, tous les jours, à suer ses calories.

Lena veut donc le beurre et l’argent du beurre : la beauté sans les efforts, la satisfaction d’attirer le regard sans la discipline qu’il faut pour mener une vie saine. Le tatouage lui donne l’illusion de parvenir à cela. D’une certaine manière, c’est exactement le même processus que celui du type obèse, au chômage, méprisé par ses enfants, haï par sa femme, qui, incapable de changer quoi que ce soit de réel dans sa vie, se paie des satisfactions factices sur Second Life ou World of Warcraft.

Un accès au marché du travail plus difficile

Si vous visez un poste correctement payé, en particulier dans l’industrie des services, le relationnel, les ressources humaines et plus généralement tout ce qui est travail de bureau, avoir des tatouages visibles est un sérieux handicap pour se faire embaucher. Quand vous rencontrez un client, vous êtes le visage de votre entreprise ; et celle-ci n’a pas vraiment envie que le client se souvienne d’elle comme d’un mec avec un phénix tatoué sur la main.

Et non, ça n’est pas de la méchante discrimination. Imaginons que vous ayez une maison à vendre ou à acheter. A qui auriez-vous le plus tendance à faire confiance ? Au commercial standard, en costard gris, bien rasé, bien propre sur lui, certes pas follichon mais semblant efficace ? Ou au mec avec une toile d’araignée bleue nuit qui lui couvre la moitié du visage ?

Tout le monde ne peut pas se permettre d’avoir un look de rock star : à moins que vous ne soyez certain de bosser toute votre vie dans un milieu au sein duquel le tatouage fait partie des codes admis (comme le rock, certaines catégories de hip-hop, la criminalité en bande organisée, l’industrie du tatouage…), le fait d’être tatoué sera toujours un handicap, qui rendra votre vie professionnelle plus difficile.

A l’inverse, à moins que vous ne soyez tatoueur, le fait de ne pas porter de tatouage visible ne sera jamais un problème dans le monde du travail.

Vas-y mon gars ! Montre nous tes beaux tatouages, je suis sûr que ton entretien d'embauche va super bien se passer.

Vas-y mon gars ! Montre nous tes beaux tatouages, je suis sûr que ton entretien d’embauche va super bien se passer.

Une gueule de truand

Les gens ont tendance à associer le fait d’être tatoué avec la rébellion, la criminalité, la prison, les troubles de la personnalité, la drogue, la violence, les déviances en général, et un rang relativement bas dans l’échelle sociale. C’est comme ça.

Si vous portez plusieurs tatouages visibles, ne vous attendez pas à être facilement accepté ; ne vous attendez pas à ce que vos beaux-parents vous trouvent charmant, ni à ce que le vigile de la bijouterie vous quitte du regard. Ne vous attendez pas à ce qu’on vous considère comme digne de confiance a priori, ni à ce qu’une jeune femme inconnue se sente immédiatement rassurée par votre présence.

Si vous ressemblez à un truand, vous serez traité comme un truand. C’est aussi simple que cela.

Une preuve d’absence de vision à long terme

Votre tatouage peut avoir l’air super cool aujourd’hui : cette superbe scène, issue du Seigneur des Anneaux, qui s’étend sur votre bras gauche et la moitié de votre torse, a vraiment de la gueule. Aujourd’hui. Mais demain ? Que se passera-t-il si vous changez ? Si vous grossissez, maigrissez ou vous musclez significativement ? Que se passera-t-il dans 20 ou 30 ans, quand votre physique sera complètement différent ? Votre tatouage ressemblera à une grosse merde informe et dégueulasse, une sorte de vomi couleur arc-en-ciel du plus bel effet.

Pour l’œil attentif, celui qui porte un tel tatouage affirme haut et fort qu’il n’a aucune notion de ce qu’est l’existence, du temps qui passe, du fait qu’un corps peut changer. Bref : il n’a aucune vision à long terme.

Même chose pour les femmes, bien entendu : une nana aussi tatouée que Lena Dunham indique très clairement qu’elle est bien trop narcissique et immature pour être la mère de vos enfants.

Une VMS abaissée

Ce dernier aspect est vrai pour les deux sexes. Mais dans la mesure où la VMS des femmes dépend davantage de leur apparence, il est particulièrement crucial pour elles. Un homme pourvu d’importants tatouages visibles ne séduira certes presque jamais une femme à haute VMS (sauf s’il est très riche) mais il pourra toujours se rabattre sur un bon paquet de filles médiocres, depuis le boudin qui a envie de se taper un bad boy pour faire chier papa jusqu’à la camée, elle aussi tatouée et aux cheveux mauves, qui s’imagine que porter des T-shirts Che Guevara sans soutif dessous fait d’elle une authentique rebelle.

Pour les femmes tatouées, toutefois, la situation est bien plus grave. Une femme tatouée est une femme endommagée. Une femme tatouée est une femme qui s’enlaidit volontairement. Une femme tatouée est une femme à problèmes, et cela, les hommes expérimentés le savent. Ses chances d’être éligible par des hommes alpha de bonne qualité pour un coup d’un soir ne sont certes pas affectées. Mais une fois baisées, de telles femmes ont peu de chances de retenir l’attention de partenaires qui disposent d’un champ d’options bien plus large et de meilleure qualité. Au mieux, elles dégoteront un béta ou un lambda de type Chevalier Blanc, qui pensera les sauver de leurs tares qu’elles pourront torturer à loisir, mais il n’est pas raisonnable qu’elles espèrent davantage.

Fille tatouée = fille endommagée

Fille tatouée = fille endommagée

En conclusion

Dans tous les rapports humains, le respect reste une valeur clef. Or le respect de soi-même est la première et la plus importante marque de respect qui soit. S’enlaidir volontairement (et payer pour cela !) est clairement une marque de décadence et de déclin culturel. On notera d’ailleurs que cela ne s’applique pas qu’au tatouage : les gens piercés (à l’exception, pour les femmes, du fait d’avoir les oreilles percées) sont exactement dans le même cas.

Contre ces errements qui ne sont, finalement, que les symptômes d’un mal plus profond et bien plus grave, rien ne vaut le recours aux valeurs traditionnelles : glorifier le corps sain, naturel et équilibré, au détriment des artefacts marchands.

Reste que le tatouage n’a pas que des mauvais côtés : si vous êtes à la recherche d’un coup d’un soir et vous demandez, parmi un groupe de filles, laquelle vous pourrez baiser sans de trop gros efforts de séduction, ou encore laquelle acceptera une sodomie dans les chiottes du bar, dirigez-vous sans hésiter vers la plus tatouée. C’est clairement avec elle que vos chances sont au maximum.

Si, par contre, ce que vous voulez c’est trouver une épouse et la mère de vos enfants, évitez comme la peste celles qui endommagent volontairement leur propre corps.

Antoine
Share: