Approche et ouverture : les premiers instants de la séduction

236
0
Share:
Ouverture et début de séduction

On appelle ouverture le moment où on aborde une inconnue pour la première fois. Pour la plupart des hommes, la partie la plus difficile de la drague se situe dans ces premiers instants : oser approcher une inconnue, oser lui parler, retenir son attention assez longtemps pour qu’une communication soit possible. Les plus novices, les plus naïfs ou les plus bêtes pensent qu’il existe des pick-up lines, phrases-clef ou phases-choc « magiques », qui leur permettraient de réussir à tous les coups. Et les plus escrocs des PUA se font une joie de leur en vendre. Même quand on ne se range pas dans la catégorie des naïfs, on a souvent tendance à penser que tout est dans l’approche et dans l’ouverture de la conversation et qu’il suffit d’aborder une femme correctement pour que le reste coule de source et que, le soir-même, vous la retrouviez dans son lit. Ben voyons.

Si vous croyez cela, j’ai des bonnes et des mauvaises nouvelles pour vous.

  • La mauvaise nouvelle, c’est qu’approche et ouverture constituent la partie la plus facile de la drague. Pour la bonne et simple raison que c’est la seule partie que vous pouvez planifier et que vous maîtrisez intégralement. Le reste est beaucoup plus difficile et va vous demander un sens du timing et de l’improvisation bien plus important.
  • La bonne nouvelle, c’est qu’en réalité, l’approche et l’ouverture ne sont pas si difficiles que cela. Elles demandent seulement un certain courage pour faire face au rejet (inévitable et très fréquent), l’attitude appropriée et quelques bonnes pratiques.
Ouverture et drague de rue

Contrairement à ce que beaucoup d’hommes timides croient, une bonne ouverture sera généralement bien reçue et vous vaudra un sourire.

Il n’y a pas de formule magique. Mais il y a la Pilule Rouge

Il est essentiel que vous compreniez deux choses :

  • Il n’existe aucune formule magique : quelle que soit votre méthode, répéter encore et toujours la même phrase à toutes les nanas qui passent ne fonctionnera pas. Jamais. La seule chose que cela provoquera, ce sera du rejet, et en plus vous allez passer pour un con.
  • Quiconque essaie de vous convaincre du contraire est un escroc qui a une soi-disant méthode à vous vendre.

En revanche, il y a la Pilule Rouge, qui, plutôt qu’une « méthode infaillible », vous permet de comprendre la logique des choses et ce qui est à l’œuvre, en termes de relations sociales réelles, dans une ouverture. Lorsque vous abordez une fille, vous commencez par commettre une transgression, d’un point de vue social. Vous transgressez la convention qui dit que, normalement, on ne parle pas aux inconnus, et surtout pas aux inconnues. Cette transgression vous permet d’obtenir pendant quelques instants (moins d’une minute en général) l’attention de la femme ; c’est à vous de mettre cette minute à profit pour lui indiquer des signes ou des indices d’une Valeur sur le Marché Sexuel importante. Titiller son imagination est d’ailleurs en général plus efficace que d’exhiber directement ce que vous avez à offrir : ce que vous voulez, c’est piquer sa curiosité et faire en sorte qu’elle souhaite en savoir davantage. Dès que vous avez réussi à transmettre quelques indices de haute valeur, vous pouvez considérer une ouverture comme réussie.

Si vous avez compris les bases de la communication humaine en mode Pilule Rouge, vous avez aussi compris que ce que vous dites réellement n’a que très peu d’importance : ça n’est que l’emballage, la surface des choses. L’essentiel de votre communication se passe à un niveau non-verbal. De toute manière, même si vous avez un discours passionnant, partez du principe qu’elle n’écoute qu’un mot sur deux, interprète et comprend de travers le peu qu’elle écoute, et s’imagine le reste.

Comprendre et user des conventions sociales

La première chose qu’il faut avoir à l’esprit, ce sont les conventions sociales : tout le monde admet qu’une femme peut ignorer sans problème un connard quelconque qui se contente de lui gueuler qu’elle a un beau cul. En revanche, les conventions l’obligent à répondre à une personne qui se présente à elle poliment, avec une raison valable et semblant légitime. Si vous demandez votre chemin, par exemple, et que vous le faites d’une manière polie et souriante, il est normal qu’on vous réponde. En créant une situation dans laquelle la fille que vous ciblez se voit forcée par son conditionnement social à vous parler, vous faites passer la pression sur ses épaules : ça n’est plus vous qui prenez le risque d’aborder une inconnue, c’est elle qui prend le risque d’être impolie si elle ne vous répond pas. Une ouverture bien pensée peut ainsi faire basculer le stress de l’un à l’autre. Ce n’est pas obligatoire mais ça peut aider.

Le paon fait la roue, le hasard fait le reste : l’objectif d’une ouverture

Une fois que vous avez réussi à attirer son attention et engager un brin de conversation, il vous faut faire la démonstration de vos atouts. Cela équivaut, comme un paon, à faire la roue. Mais de préférence d’une manière subtile. Dans cette phase, vous avancez à l’aveugle : vous allez faire la démonstration de certaines preuves d’une haute VMS, mais sans savoir comment cette fille en particulier considère cet aspect de votre Valeur. Je m’explique : si par exemple vous lui indiquez des revenus élevés, rien ne vous dit que vous n’êtes pas tombé sur une militante anti-capitaliste qui, même si en réalité elle est aussi hypergame que toutes les autres, prendra cela comme une raison de vous rejeter ; si vous avez un physique de bodybuilder, rien ne vous dit qu’elle ne considère pas cela comme un truc de gros macho beauf. Bref : vous lui montrez vos cartes mais c’est elle qui décide de la valeur qu’elle y accorde.

Il est donc préférable de tenter de projeter vers elle les valeurs les plus universelles possibles, c’est-à-dire celles auxquelles quasiment toutes les femmes réagissent positivement. Et la valeur la plus universelle, c’est la confiance en soi. Votre langage corporel, le ton de votre voix, la manière dont vous lui parlez … tout doit exsuder la confiance. Tout doit montrer qu’elle ne vous impressionne pas et que lui parler ne vous intimide aucunement.

ouverture et pua

Même avec la meilleure ouverture du monde, si vous avez l’air glauque, ça ne va pas le faire

La mécanique de la confiance

Elle ne sait encore rien sur vous mais les conventions sociales et les dynamiques de groupe établissent qu’on se parle habituellement qu’entre gens d’une VMS et d’un milieu proches. Avoir confiance en vous et montrer qu’il est naturel pour vous de parler à une fille comme elle, c’est vous placer à proximité de son niveau, quel qu’il soit. Si vous êtes crédible, vous entrez dans son radar : elle ne vous voit ni comme trop haut (inaccessible pour elle, donc), ni comme trop bas, mais comme un homme qui boxe dans la même catégorie qu’elle, et donc qu’on peut envisager comme partenaire. L’idéal est bien entendu de lui donner l’impression que votre VMS est un petit peu supérieure à la sienne. Pas trop, pour ne pas l’effaroucher, mais assez pour qu’elle ait le sentiment qu’elle peut, avec vous, faire une bonne affaire.

Pour qu’elle comprenne que votre VMS est légèrement supérieure à la sienne, il convient de ne pas la mettre sur un piédestal, et surtout ne pas lui transmettre le sentiment que vous l’y mettez. Pour cela :

  • A chaque fois que la chose est possible, engagez la conversation « sans y penser », comme si vous ne lui accordiez pas vraiment d’importance ou comme si vous veniez à peine de la remarquer.
  • Parcourez le moins de distance possible pour parvenir jusqu’à elle : idéalement, ce devrait être elle qui s’approche de vous (là encore, tout dépend des circonstances). La convention nous dit en effet que celui qui a le plus haut statut ne bouge pas de là où il est : c’est habituellement l’autre qui va vers lui.
  • Si possible, n’interrompez pas ce que vous êtes en train de faire pour lui parler : terminez d’abord votre coup de fil ou votre discussion et ensuite seulement adressez-vous à elle.
  • Si vous vous apercevez qu’elle est indisponible pour le moment (en train de discuter avec un groupe d’amis, par exemple), n’attendez pas patiemment votre tour pour lui parler : si vous n’êtes pas décidé à transgresser toutes les règles et bousculer tout le monde pour l’aborder, passez votre chemin et revenez la voir plus tard.
  • Plus vous attendez avant de lui parler, et moins elle vous percevra comme quelqu’un de confiant. Si elle sent que vous voulez lui parler mais n’osez pas, et restez là à attendre la bonne occasion, c’est déjà mort pour vous.

Bien entendu, aucune de ces règles n’est absolue et tout dépend de la situation : on peut imaginer quantité de scènes dans lesquelles ces principes doivent être ignorés, voire violés. Si par exemple vous remarquez qu’une fille vous regarde directement et avec insistance dans un bar, nul besoin de chercher une excuse, ni de la faire languir outre mesure : allez vers elle, faites-lui la bise et engagez la conversation.

Ouverture seduction oser

Être audacieux dans votre ouverture vous vaudra peut-être un rejet. Mais ne pas l’être ne vous vaudra rien du tout.

Ouverture : la seule règle d’or

Il y a, au final, une seule règle d’or, en ce qui concerne l’ouverture, en séduction : le faire. Oser aller vers les femmes, oser leur parler, oser tenter votre chance. Ne pas rêver que vous pourriez le faire, ne pas envisager de le faire, mais le faire. Pour de vrai. Parce que vous le pouvez. Parce que ce n’est pas si difficile. Parce que vous n’avez pas à vous excuser d’être un homme, et, en tant qu’homme, de chercher à séduire une femme : c’est la chose la plus naturelle et la plus saine qui soit. Une ouverture n’est pas une agression. Même si vous serez tout de même puni (symboliquement et socialement) si vous foirez.

La théorie de la séduction est utile mais rien ne remplace la pratique : allez, osez, prenez-vous des râteaux et des rejets. Il n’y a qu’ainsi qu’on progresse. Souvenez-vous que la confiance en soi est la chose la plus sexy au monde et qu’en osant aller vers une femme, vous lui prouvez dores et déjà que vous avez plus de courage et de virilité que la majorité des autres hommes.

Illustrations : Ben White Brooke Cagle Chase Wilson Allan Filipe Santos Dias

Antoine
Share: