Au sujet de curieux événements s’étant déroulés sur le site…

274
0
Share:
Néomasculinité : osez être un homme

Il nous est arrivé, hier, une bien curieuse aventure. Une de ces crises de fièvre dont le web est coutumier et qui, bien souvent, montées comme l’écume, en ont la consistance. Une chose sans grande gravité, donc, mais qui a eu de fâcheuses conséquences et a causé quelques migraines.

Ceux qui suivent Neo-Masculin régulièrement savent de quoi nous parlons en général : d’une approche du réel que nous voulons rationnelle, de morale, de sexualité, de rapports entre les sexes et de pas mal d’autres sujets intéressant au quotidien une part non négligeable de la gent masculine contemporaine. Il nous arrive aussi, parfois (et ça nous arrivait surtout à nos débuts, la chose ayant été jugée un peu facile et moins digne d’intérêt que le reste par la suite), de publier des billets d’humeur, au ton volontiers plus leste, voire grossier.

Oui mais voilà. Il existe parmi nos contemporains des gens que hérisse l’idée que, quelque part sur le web, puisse subsister quelqu’un qui ne partage pas leur avis. Voire qui ait une opinion négative de leurs choix personnels ou de leur mode de vie. L’un de nos vieux articles a été jugé offensant par quelques-unes de ces personnes. Pour ma part, j’aurais haussé une épaule, fermé le site en question et vaqué à mes occupations. Eux, non.

En l’espace de quelques heures, nous avons vu un déferlement de commentaires haineux, de mails fielleux, de hauts cris et autres remarques plus ou moins fines (généralement moins), plus ou moins agressives (généralement plus). Nous avons fait l’objet de plusieurs attaques et tentatives de piratage et avons eu à renforcer la sécurité du site. Nous y avons même perdu quelques plumes. Nous avons également eu droit à des commentaires malveillants, injurieux ou tout simplement déplacés sur un grand nombre d’autres articles.

Le déferlement de haine dont nous avons fait l’objet nous aurait presque amené à prendre Caroline de Haas en sympathie. Non, je plaisante. Quand même pas. Dès lors qu’on s’exprime sur le web, on reçoit de la boue, c’est dans l’ordre des choses. Et ça ne nous empêchera pas de dormir. Cela en dit toutefois très long, notamment sur l’aspect moutonnier de ce type de colère, un grand nombre des critiques qui nous ont été adressées reprenant, quasi mot pour mot, les mêmes termes, les mêmes formules, les mêmes non-arguments, les mêmes accusations foireuses, les mêmes sophismes, les mêmes ad hominem. Enragés, certes, mais pour la grande majorité, moutons avant tout. D’ailleurs les statistiques du site ont été formelles : moins d’un visiteur sur vingt (mois de 5% donc), parmi ceux venus voir l’article en question, ont jugé utile d’aller voir ne serait-ce qu’un seul autre de nos sujets. Sans doute, d’ailleurs, n’avaient-ils, pour être choqués par les propos d’articles, qu’assez peu lu de sujets manosphère en général : il y a bien plus grossier et bien plus gras dans bien des contenus PUA, par exemple.

A vrai dire, j’ignore totalement pourquoi cet article précis, datant de Mathusalem, a soulevé une telle colère. On en a fait des bien « pires », sur le fond. Mais bon, c’est tombé sur celui-ci, au hasard, comme la misère sur le bas-clergé.

Quelques très rares personnes, et je les en remercie et les salue, ont  au contraire engagé un dialogue constructif et proposé, sur le thème de l’article en question, de nous fournir un article de réponse, argumenté et construit, présentant leur point de vue. Pourquoi pas ? Nous verrons ce que donnent ce ou ces papiers ; s’ils sont publiables, ils seront publiés, ensemble ou séparément.

Si le désaccord et la critique sont tout ce qu’il y a de plus légitimes (et d’ailleurs nous ne nous privons pas de critiquer dans ces colonnes ce qui nous semble critiquable), je tiens à souligner quelques points :

  • Nous avons vocation à produire des contenus qui incitent à la réflexion et éventuellement au débat. Pas à gérer une cour de récréation. Nous sommes un blog, non un réseau social.
  • Nous n’avons pas le devoir de répondre aux épanchements de tout un chacun : certains des commentaires, messages, mails et autres qui nous ont été adressés sont ignorés et le resteront. Et ce de manière purement arbitraire.
  • Il y a toutefois un certain nombre de personnes avec lesquelles un dialogue réel a été entamé. Je n’ai pas eu le temps de leur répondre ce soir, ayant eu fort à faire sur le site pour parer au plus pressé. Je les recontacte au plus vite.
  • N’ayant que peu le goût de tendre la joue gauche, et étant favorables à une éducation ferme, nous avons choisi de confisquer le joujou.

Les conséquences :

  • Nous suspendons temporairement l’accès public à la plupart des archives antérieures à 2017, issues de l’ancienne version du site, et les réétudierons dans les semaines qui viennent. Nous envisageons de limiter l’accès des articles anciens à une part choisie de notre lectorat. En tous les cas, nos lecteurs retrouveront prochainement l’accès à ces parties anciennes du site. La forme et les conditions de restriction de l’accès seront déterminées rapidement. Cela risque de prendre la forme d’une section réservée aux membres.
  • Nous suspendons temporairement le système de commentaires Disqus, le temps de faire un peu le ménage.
  • Par la suite, nous ne laisserons plus les commentaires en accès libre. Nous modérions jusqu’ici a posteriori, pariant sur l’intelligence des lecteurs; la horde nous ayant prouvé qu’il n’était pas possible d’accorder cette confiance, nous modérerons désormais a priori. Oui, c’est de la censure. Ce site n’est pas un espace de libre parole pour tous et chacun, et non, nous ne pensons pas a priori que ce que vous avez à dire nous intéresse.
  • Nous envisageons de mettre en plage un « content warning » à l’arrivée sur le site. Celui-ci est pourtant déjà déconseillé aux mineurs. Nous envisageons de le déconseiller aussi aux âmes sensibles et délicates.
  • Le site risque de rencontrer encore quelques lenteurs et quelques soucis dans les jours qui viennent, du fait des petits travaux que nous devons faire dessus.
  • Nous reprendrons dès lundi prochain le cours normal de nos parutions.
  • Les mails du site ayant été saturés de messages haineux, nous allons sans doute mettre un peu de temps à répondre à nos messages normaux. Déjà qu’habituellement, on n’est pas spécialement rapides…
  • J’encourage, une fois encore, toute personne en désaccord avec l’article en question, à nous adresser une réponse avant le 2 avril 2018. Nos critères de publication sont toujours les mêmes, quel que soit le point de vue défendu par l’auteur, et s’appuient sur 4 choses : la qualité de l’écriture, celle de la langue, l’adéquation du format avec ce que nous publions et l’adéquation avec notre ligne éditoriale. Cela ne veut pas dire que nous publierons tout et n’importe quoi. En revanche, nous sommes réellement ouverts au débat, et le préférons argumenté, posé, et sous forme d’articles se répondant. Toutefois, il n’est pas question que cette affaire nous empoisonne plus de quelques semaines. Aussi n’accepterons-nous plus aucune contribution à ce sujet dès le 3 avril, minuit 01, heure de Paris. Si vous souhaitez nous faire parvenir un article réponse, merci de vous référer à l’onglet “Proposer un article”, en haut de page.  Une fois cette date passée, nous republierons l’article d’origine, éventuellement accompagné des articles de réponse publiables.

Antoine étant rentré chez lui à l’heure tardive où j’écris ces lignes, les femmes et les animaux de compagnie peuvent à nouveau circuler sans crainte.

Martial
Share: