0

Il n’y a pas de raison qu’on ne consacre les Autodafés qu’à de mauvais livres, ni même qu’à des livres tout court. Dans un souci d’éclectisme, nous nous sommes, cette fois, attaqués à une oeuvre qui, à deux égards, déroge à notre menu habituel : d’une part elle est très actuelle (sur les grands écrans au  moment-même où j’écris ces lignes) et d’autre part il s’agit d’un film : The Mule.

Un film, oui, mais quel film ! La dernière (en date comme, peut-être, tout court) réalisation de Clint Eastwood, quelque part entre le road movie qui ne va nulle part et le western contemporain, est remarquable à bien des égards. Il est rare, en effet, de voir passer sur les écrans un film aussi profondément (et subtilement) Pilule Rouge. Tout y est : gynocentrisme, exclusion paternelle, rapport sentimental de type prostitutionnel. Et pourtant, ça ne ressemble pas à une leçon de morale. C’est fin, c’est intelligent, bien mené, et bourré de petits instants qui marquent.

Inspiré de l’histoire de Leo SharpThe Mule jette un regard sans concession mais pas sans tendresse sur la société contemporaine.

Martial
Martial
Martial ayant appris à tirer à l'école des Stormtroopers impériaux, il a fini par prendre conscience que la carrière militaire n'était pas pour lui. Depuis, il diffuse sur Internet sa haine et sa frustration à l'encontre de ces p*** de rebelles et de l'incompétence des ingénieurs de l'Empire. Actuellement, il dirige Neo-Masculin, collabore à École Major et participe au Bistrot des Gentilshommes

Loi du Pouvoir #7 : faire faire le sale boulot par d’autres

Article précédent

La Triade Noire

Article suivant

Plus d'articles Autodafé

Sur les mêmes sujets