Couple : la loi du silence

Share:
couple silence

Qu’il s’agisse de votre épouse légitime, de la compagne d’un mois ou de la rencontre d’un soir, il existe, dans les rapports qu’un homme digne de ce nom doit entretenir avec les femmes, quelques règles d’airain. Et le silence fait partie de vos meilleurs alliés.

Silence sur la douleur

La première et la meilleure des décisions que vous puissiez prendre pour améliorer vos rapports avec votre moitié consiste à cesser de vous plaindre. A cesser entièrement, immédiatement et définitivement. Silence complet à ce sujet. Et cela ne la concerne pas qu’elle spécifiquement : à titre général, et à la possible exception de votre mère, ne vous plaignez jamais auprès d’une femme. Aucun rapport homme-femme n’est entièrement exempt d’un brin de séduction et, dans ce cadre, passer pour un être faible vous desservira toujours. Rien ne diminuera davantage votre valeur aux yeux d’une femme que de vous plaindre. Larmoyer, soupirer, trouver le monde trop dur, trop injuste ou trop difficile … qu’importe que vous ayez raison ou tort de le faire : à ses yeux, vous ne serez jamais qu’un Calimero.

Bien sûr, il est possible qu’elle vous accorde une oreille amicale, voire une épaule compatissante. Bien sûr, elle sait que, du point de vue de ses obligations sociales à votre égard, on attend d’elle qu’elle se montre a minima humaine et réceptive. Mais en réalité, en faisant cela, vous vous dévaluez à ses yeux. Plaignez-vous une fois et vous serez peut-être pardonné. Faites-le régulièrement et vous pouvez dire adieu à tout respect de sa part : au fond d’elle-même, elle a déjà formé l’idée que vous n’êtes pas homme à prendre les devants, ni à affronter le réel stoïquement. Elle a déjà compris que, dans ses rapports avec vous, elle devra vous servir de soutien au moins aussi souvent que vous lui rendrez ce même service. Et cela la terrifie.

Elle peut bien avoir la carrière qu’elle veut. Elle peut bien se prétendre forte, indépendante, au-delà des clichés relationnels classiques … tout au fond de son cœur, réside encore une petite fille qui rêve au Prince Charmant, et qui espère un homme capable de résoudre tous ses problèmes. Pas un mec qui lui impose les siens. Souvenez-vous que, fondamentalement, le discours sur l’indépendance et la force n’est qu’un écran de fumée : en réalité, même si c’est ce qu’elle affiche, elle ne souhaite en aucun cas avoir à servir de béquille émotionnelle, morale ou matérielle à son compagnon. Bien qu’un handicap physique puisse effectivement causer une séparation quand il survient, il lui sera cependant toujours plus facile d’accepter cela de la part de son compagnon qu’un handicap psychologique. Le grand blessé dont on s’occupe avec un dévouement qui frise l’héroïsme peut être valorisant. Le dépressif ne l’est jamais.

couple silence

Le couple n’est pas un espace de liberté de ton et de parole, ni de sincérité absolue. Bien au contraire.

Tout est question de Cadre

Si vous n’êtes pas celui, dans le couple, qui est capable d’affronter les problèmes, de la rassurer, de la protéger, vous devenez, potentiellement, celui qui lui en crée. Et cela ne pardonne pas. À chaque fois que vous vous plaignez, à chaque fois que vous rentrez du boulot avec l’air d’un vaincu, en donnant l’impression que vous avez été brisé par le monde, un peu du respect et de l’admiration qu’elle éprouvait pour vous s’envole. Vous devenez, chaque jour un peu plus, le loser dont elle a honte, plutôt que l’homme dur, fort et redoutable qu’elle sait pouvoir être sa muraille et sa boussole.

Ni l’attirance, ni le désir ne sont négociables. Et l’attirance et le désir qu’elle éprouve à votre égard proviennent directement du sentiment d’admiration, de solidité et de robustesse que vous lui transmettez. Apparaissez comme un faible, un boulet, un poids, et, quoi que vous ayez vécu ensemble auparavant, elle vous jettera. Garder le silence sur vos problèmes, sur vos doutes, sur vos angoisses, ou, en tout cas, les garder pour des discussions avec vos amis, votre psy, votre curé ou votre père, est une saine habitude à prendre. C’est le premier pas vers le fait d’agir en homme au sein de votre couple.

Agir en homme

Cela peut paraître simpliste mais c’est la seule solution en la matière. Et plus qu’une solution : c’est une véritable panacée. Et agir en homme, c’est finalement, assez simple. Simple à expliquer, en tout cas. Cela consiste à ne pas fuir ses problèmes ni ses responsabilités, à ne pas aller pleurer dans les jupes de maman, à garder le silence sur tous les problèmes qui ne la concernent pas immédiatement et à les traiter un par un, de manière froide, rationnelle et cohérente.

Et à les traiter seul. Ou, tout du moins, sans elle. Elle n’a pas besoin de connaître les détails : il lui suffit de savoir que vous avez réglé le problème, et, éventuellement, que ça vous a pris du temps. Même les efforts que cela vous a coûté devraient, idéalement, être gardés sous silence. C’est un peu comme les trapézistes de cirque : si leur visage laissait apparaître les efforts qu’ils font, le numéro ne serait pas aussi réussi. Pour que le public soit subjugué par leur maestria, mieux vaut qu’ils gardent un visage neutre, voire souriant.

couple et spectacle

Le couple n’est pas un espace de sincérité : c’est un spectacle que l’on se joue l’un à l’autre, un mensonge en commun auquel on décide de croire malgré tout.

D’un point de vue évolutif, l’injonction à agir en homme est une évidence. Souvenez-vous que tout désir sexuel, tout amour conjugal, est avant tout basé sur des principes reproducteurs. Aux yeux de votre compagne, même si elle n’en a pas conscience, même si elle s’en défend, même si ce n’est qu’une petite histoire temporaire, vous êtes d’abord et avant tout le géniteur potentiel de ses enfants et/ou l’homme qui les élèvera avec elle. C’était vrai à l’âge des cavernes, ça reste vrai aujourd’hui. C’est pourquoi elle n’a que faire d’un pleurnichard. Un homme faible, c’est un handicap pour sa propre survie, le risque pour elle d’engendrer une descendance faible et, pire encore : le risque de se coltiner toute sa vie durant un mec de mauvaise qualité si elle ne le laisse pas tomber rapidement, c’est-à-dire tant qu’elle est encore capable de séduire un meilleur compagnon.

Silence sur la sincérité

Cela signifie-t-il que vous deviez renoncer à jamais être sincère avec votre compagne ? Qu’il ne vous est pas possible, sous peine de casser votre image, de lui ouvrir votre cœur ? Absolument. S’il y a une personne avec qui vous ne devez jamais être parfaitement sincère et authentique, c’est bien votre femme. Le couple est un théâtre, et chacun doit y tenir un certain rôle pour qu’on puisse y croire. Si l’un des acteurs joue mal, on risque, soudain, de se souvenir que tout cela n’est qu’artifice.

Le silence est d’or

Le meilleur service que vous puissiez vous rendre, en termes de qualité de relation, est donc de garder le silence sur l’ensemble des problèmes qui ne la concernent pas directement. Même si elle vous encourage à parler. Même si elle semble ouverte au dialogue. Vous pouvez bien entendu lui faire savoir que quelque chose ne va pas, ou pas aussi bien que vous l’auriez espéré. Mais orientez immédiatement la conversation vers elle et ne développez le propos que si la chose va avoir des répercussions directes et immédiates sur sa personne. Dans le cas contraire, informez-la que vous avez réglé le problème ou êtes en train de le faire. Et n’en dites pas davantage.

Peut-être votre boulot est-il épuisant. Peut-être votre boîte est-elle pénible. Peut-être votre boss est-il un con. C’est possible. Mais vous n’avez pas à vous en plaindre devant votre compagne. En fait, idéalement, vous ne devriez même jamais lui en parler avec précision, sinon pour lui annoncer des nouvelles dont elle pourrait se réjouir. D’abord et avant tout parce que, fondamentalement, elle s’en fout. Elle n’a pas besoin de connaître les détails du dossier Machin, ni de votre conflit avec Truc. Ce qu’elle peut avoir besoin de savoir, c’est que vous avez besoin de détente ce soir, par exemple. Pas davantage.

Cela peut sembler extrême, et ce d’autant plus que se plaindre de son boulot fait partie des grands hobbies de la plupart des gens. Justement. Si vous voulez vous détacher de la norme, si vous voulez briller et montrer que vous n’êtes pas semblable à la horde des fragiles, il convient de ne pas les imiter. Tout le monde sait que le travail est pénible. C’est même pour cela qu’on vous paie pour le faire (si c’était fun, on vous ferait payer l’entrée). Mais accepter cette forme de brutalité quotidienne et l’encaisser stoïquement fait partie des marques indiquant un homme de valeur.

silence femme

Il ne s’agit pas de mentir. Mais bel et bien de comprendre que votre femme n’est ni votre amie, ni votre confidente.

Maîtriser sa parole propre

L’inverse est d’ailleurs vrai aussi : ne pas ramener au travail, ou, plus généralement, ne pas transporter hors du cadre intime, des soucis de couple ou de famille est une excellente idée. Cloisonner les domaines et maîtriser sa parole reste l’un des meilleurs moyens de ne pas prêter le flanc à des attaques sournoises.

Plus généralement, éviter toute parole négative à votre propre égard est une habitude indispensable à prendre. Cela revient à bien comprendre la neuvième des Lois de fer de Tomassi : il est inutile de donner aux autres des raisons de vous rabaisser, de vous mépriser ou de vous traîner dans la boue. Ils sauront bien en trouver seuls. Vous n’avez pas besoin de les aider.

Établir des tabous

Cette « loi du silence » a un autre aspect, et c’est sans doute le plus important. Il consiste à vous interdire, à tout jamais, de vous plaindre de la manière dont votre compagne vous traite ou vous parle.

Attention : cela ne veut pas dire tout tolérer. Au contraire. Cela veut dire tolérer les propos respectueux et constructifs, même s’ils sont critiques. En revanche, refuser absolument les propos irrespectueux, les injures et autres. Et en ce cas, se comporter comme l’on se comporte vis-à-vis d’un enfant mal élevé : sans lever la voix ni faire le moindre geste, informer l’autre que cette attitude ne sera désormais plus tolérée. Il convient, ensuite, de la priver du bien le plus précieux que vous lui fournissiez au quotidien : votre attention. Attrapez un bouquin, votre téléphone, ou plongez-vous dans votre ordinateur et ignorez-la une bonne heure. Ou mieux encore : allez faire un tour en ville et ne revenez que bien plus tard, sans qu’elle sache où vous êtes parti, qui vous avez vu, ni à quelle heure vous allez rentrer.

En cas de récidive, reproduisez le même processus, et ce jusqu’à ce qu’elle apprenne à se comporter comme un être humain à peu près décent ou qu’elle se barre. Dans un cas comme dans l’autre, ce sera la fin des ennuis. Dans tous les cas, demeurez calme, poli, serein mais décidé. Conservez devant elle un visage impassible, refusez de céder à la colère, et vous sentirez très vite que c’est vous qui détenez désormais le pouvoir sur la situation.

Cette attitude est la seule façon de briser l’un des cercles vicieux qui vient à bout de beaucoup de couples : celui de l’irrespect grandissant. Celui des deux qui ne témoigne pas à l’autre du respect minimal tend en effet à l’encourager indirectement à s’en plaindre. Et plus il s’en plaint, moins il semble digne de respect. Et ainsi, les choses empirent, parfois jusqu’au drame.

Maîtriser sa parole, ne pas se laisser aller à la colère, garder le silence et imposer le respect : autant d’attitudes qui témoignent d’une prise de responsabilité et d’une volonté, de votre part, de jouer pleinement votre rôle et de tenir le Cadre. Et quand un homme tient le Cadre, il offre à sa compagne une relation sécurisante, rassurante. Libre à elle, ensuite, de jouer son rôle ou de le récuser : vous, de votre côté, aurez agi comme il se doit.

 

Illustration : Matheus Lira Matheus Lira

 

Martial
Share: