L’escalade kino : mythes et réalités d’une arme de séduction massive

844
0
Share:
Escalade kino : une technique redoutable

Si vous avez déjà lu un brin de théorie de la séduction, vous avez forcément déjà entendu parler de la technique appelée kino (diminutif de kinesthésie : le fait de toucher). Souvent présentée comme une technique aussi imparable que la manipulation mentale d’un jedi, le kino est, effectivement, une arme de séduction à la redoutable efficacité. A condition, toutefois, de ne pas faire n’importe quoi et d’en user avec doigté et parcimonie.

Kino : la théorie

Nous n’avons pas l’habitude qu’une personne inconnue nous touche, et moins encore qu’elle touche notre peau nue. Parce que nous associons ce toucher à une sensation d’intimité et de sécurité (le peau-à-peau avec la mère, les câlins enfantins, la sexualité à l’âge adulte), il est possible de faire en sorte qu’une personne se sente plus en confiance et plus rassurée si on accompagne la discussion avec elle de gestes et de légers contacts physiques. Dans le cadre de la séduction, le kino a également l’avantage de vous rendre plus physique, plus concret, pour votre interlocutrice : vous lui faites sentir la chaleur de votre peau, le poids de votre main. A certains égards, un toucher peut permettre de vous faire percevoir comme plus sexualisé ; cela ne vous rend pas forcément plus désirable mais cela vous fait entrer dans le radar de la nana. User du kino, c’est aussi se souvenir que le langage corporel et instinctif compte beaucoup plus que le langage articulé et qu’il faut bien souvent, quand on cherche à séduire, s’adresser non à la femme, mais à l’animal qui sommeille en elle.

kino et séduction

Oui, le kino peut être très efficace. Sous certaines conditions.

Oui mais non…

Oui mais non, parce que ça n’est pas si simple. Une personne normalement constituée se considère comme entourée d’une « bulle », d’environ un mètre autour d’elle : quiconque pénètre dans la bulle est un danger potentiel. Quiconque touche son corps sans y avoir été invité est perçu, au mieux, comme maladroit, au pire comme un agresseur. Du coup, pratiquer le kino à tort et à travers risque d’être très efficace si vous cherchez à être classé dans la catégorie des gros dégueulasses gluants qui font peur. Aussi est-il prudent d’observer certains protocoles et de ne pas pratique le toucher kino à tort et à travers.

Phase 1 : premier contact

Tant que vous ne connaissez pas vraiment la fille, évitez d’abuser du kino : vous passeriez immédiatement pour un vicieux ou un type inquiétant. Ce qui ne doit pas vous empêcher de tenter votre chance, mais uniquement quand et si la chose est appropriée et ne risque pas d’effaroucher la donzelle. Une main sur l’épaule ou sur le bras quand vous lui faites la bise est appropriée. Un high five si jamais vous vous marrez ensemble ou partagez une réussite, également. Toute occasion de la prendre, même brièvement, par le bras ou par la main (pour l’empêcher de partir dans une mauvaise direction, de traverser à un passage dangereux…) peut également fonctionner.

Durant cette phase, il s’agit de rester naturel : ne pas oublier quels sont vos objectifs mais ne surtout pas, non plus trop insister : s’il y a bien un sentiment que vous ne voulez pas transmettre, c’est celui d’être un mec lourd et gluant. Si la fille ne se sent pas à l’aise, c’est foutu. Il faut donc ne pas hésiter à prendre un peu de temps pour la mettre en confiance : comptez que vous ne passerez à la phase 2 de votre kino qu’après au grand minimum une heure de communication.

Phase 2 : amplification

Cette phase est la plus délicate et la plus subtile : vous devez en effet, à ce moment, être capable de légèrement augmenter la quantité et la qualité de vos contacts, mais pas au point qu’elle trouve cela totalement déplacé. Il y a, ici, une règle d’or à respecter : ne passez en phase d’amplification que si et quand un minimum de confort, de complicité et d’atomes crochus existe déjà entre vous. Sans quoi c’est la baffe ou au moins le rejet assurés, garantis sur facture.

Il faut donc, avant de passer à cette phase, avoir construit un peu de confort et de confiance entre elle et vous : humour, attitude protectrice, sourires échangés … à vous de voir, selon votre style et la situation.

L’idée, en phase d’amplification, est double :

  • Avoir accès à des zones moins « communes », plus « intimes » de son anatomie
  • Prendre la direction des opérations (pour lui faire accepter de manière implicite et inconsciente l’idée qu’elle se soumet à vous)

Cela se manifeste par le fait de la prendre plus fermement par la main ou le bras, de placer votre main au niveau du milieu de son dos pour la diriger dans la rue, d’étendre le bras (en touchant son épaule de votre main et sa poitrine de votre avant-bras) pour la protéger d’un danger potentiel, de prendre ses doigts entre vos mains pour les réchauffer parce qu’il fait froid, etc.

Il faut avancer subtilement mais fermement. Et surtout être aux aguets de ses réactions et ne pas hésiter à ralentir si on s’aperçoit que le rejet est proche. En revanche, une fille qui accepte de suivre vos instructions tout en étant physiquement touchée par vous à la taille, dans le dos ou agrippée à l’épaule est une fille mûre pour passer à la phase suivante.

Phase 3 : escalade

C’est la phase durant laquelle vous allez tenter d’augmenter la proximité entre elle et vous. Vous pouvez par exemple vous asseoir près d’elle, de manière à avoir votre cuisse contre la sienne. Ou encore essuyer du bout du doigt une tâche de café au coin de ses lèvres. Vous rapprocher d’elle pour mieux sentir son parfum, en prétendant que vous l’avez déjà senti quelque part et essayez de savoir où.

Dans l’idéal, il vous faut encore maintenir un certain doute chez elle : cela contribuera à la rendre curieuse et à vouloir connaître le fin mot de l’histoire.

Vos cibles tactiles (et tactiques), dans cette phase, sont son visage (surtout ses lèvres), ses jambes, ses cheveux et son cou. Il est primordial d’être très attentif à la manière dont elle réagit : au moindre signe négatif, ralentissez. Vous pouvez même repasser temporairement en phase 2, si vous estimez qu’il faut encore la rassurer un peu.

Cette phase peut et doit être assez lente pour ne pas l’effaroucher mais assez rapide pour ne pas la sortir de l’ambiance. Peu à peu, vous construisez entre elle et vous une certaine tension sexuelle, alimentée par l’incertitude quant à la nature précise de vos gestes. Une fois que vous en êtes à caresser ses cheveux, cependant, soyez prêt à passer au baiser dans l’heure qui suit au plus.

kino et imagination

Le meilleur allié de votre kino, c’est son imagination : laissez-la un peu rêver…

Elle sait très bien ce que vous faites

Ne vous faites aucune illusion : vos gestes ne passent pas inaperçus. Elle sait très exactement ce que vous êtes en train de faire, même si elle ne connait pas le mot kino. Si elle vous laisse faire, c’est que la situation est en réalité très confortable pour elle : le kino lui donne les bénéfices d’une drague sans pour autant qu’elle ait à avouer à qui que ce soit (et surtout pas à elle-même) ce qui est en train de se passer. De sorte qu’elle peut à tout moment prétendre qu’en réalité il ne se passe rien … tout en laissant faire.

Si elle vous fait la moindre remarque au sujet de la manière dont vous la touchez, c’est que le charme est rompu : elle vous indique clairement qu’elle ne veut pas jouer le jeu. Il est toujours possible de tenter de rattraper le coup en assumant pleinement et de façon crâne vos actes, par exemple :

  • Elle : Je trouve que tu me touches beaucoup, pour un inconnu…
  • Vous : Je comprends. Mais j’ai l’impression que ça ne te gène pas tant que ça. Je me trompe ?

Ce genre de réponse consiste à jouer le tout pour le tout. C’est assez gonflé, mais ça peut effectivement marcher. Mieux vaut cependant, la plupart du temps, « laisser le charme agir », c’est-à-dire faire comme si vous n’aviez pas conscience que vous êtes en train d’exécuter une technique, et que tous vos gestes étaient parfaitement spontanés, uniquement guidés par votre attirance pour elle et son charme fou. Souvenez-vous que vous êtes, sans paroles, en train de lui raconter une belle histoire romantique.

Trucs et astuces kino

Rompre le rythme de temps à autre n’est pas une mauvaise idée : par exemple, lâcher sa main un moment parce que vous êtes occupé à autre chose, ou encore prétendre qu’elle a les mains froides ; la guider un moment dans la rue puis soudainement vous intéresser à autre chose pendant quelques instants. Et ainsi de suite. Si vous parvenez à lui faire regretter, ne serait-ce que quelques instants, votre contact passé, il y a de bonnes chances pour que ce soit dans la poche.

Toutes les femmes ne réagissent pas de la même manière au kino. Pour certaines, ce sera très efficaces. D’autres le vivront comme une intrusion. Aucune ne se montrera totalement indifférente. Avec le temps et la pratique, on s’améliore et on apprend à lire les signes subtils qui indiquent qu’on peut continuer ou, au contraire, qu’on est allé un petit peu trop loin. Soyez attentif à ces indications. Certaines veulent effectivement dire « Non ! », mais d’autres veulent simplement dire « Pas encore. ». Apprenez à les différencier.

Votre toucher doit rester très léger, surtout dans les premières phases. Si vous avancez de façon bourrine, attendez-vous à un rejet immédiat.

Comme souvent dans la séduction, tout est question de timing : il vous faut saisir les opportunités quand elles se présentent et ne pas hésiter à avancer quand vous le pouvez, mais en gardant à l’esprit que c’est une danse entre elle et vous. Vous décidez des mouvements mais c’est elle qui fixe le tempo. Il vous faut trouver la bonne vitesse, correspondant à sa manière d’être. Trop vite, vous allez lui faire peur. Trop lentement ou subtilement, vous allez la refroidir et perdre son intérêt. Il n’est pas mauvais de la faire légèrement sortir de sa zone de confort. Mais légèrement seulement.

Comme on peut le voir, le kino, aussi puissant soit-il, n’est pas une arme à manipuler sans précaution. Et si vous le découvrez, attendez-vous à quelques échecs avant de le manipuler correctement. Il reste néanmoins un accélérateur de séduction considérable et une technique dont il faut avoir impérativement conscience.

Illustrations : Elizabeth Tsung Allef Vinicius Christiana Rivers

Antoine
Share: