La friendzone (et comment la gérer)

Share:
La friendzone : un truc de béta

Il est courant d’entendre des hommes, surtout les plus jeunes, se plaindre de la friendzone. Pour le cas où vous ne seriez pas familier de l’expression : on est dans la friendzone quand une femme avec qui on aimerait bien coucher nous considère comme un simple ami. Il s’agit donc de tous les cas dans lesquels on s’entend dire : Je t’aime comme un frère, Je ne voudrais pas gâcher notre belle amitié, ou encore Tu sais, je ne crois pas que je sois prête à me remettre avec quelqu’un pour l’instant ; je préfère qu’on reste amis, pour l’instant. A l’instar de la Twilight Zone (la Quatrième Dimension, en français), la friendzone est un monde vague et flou, dans lequel on peut tomber à tout instant, dès lors qu’on commence à tenter de séduire une femme, et dont on peut avoir beaucoup de mal à sortir.

Qu’est-ce que la friendzone ?

Du point de vue de la logique du Marché Sexuel, la friendzone est un processus assez simple : elle se produit lorsqu’une femme identifie en vous assez de traits béta (gentil, à l’écoute, sympathique, fiable…) pour vous sortir du lot des lambda mais pas assez de traits alpha (indépendant, viril, intimidant, déterminé, fort, dominant, autoritaire…) pour lui donner envie de vous sur le plan sexuel.

La friendzone est une forme de rejet

Tout d’abord, commençons par détruire quelques mythes : à moins d’être parfaitement stupide, une fille sait quand vous cherchez à la séduire. Il est en effet fort rare que vous soyez assez subtil pour que la chose passe inaperçue. D’ailleurs si elle passe réellement inaperçue, c’est que vous ne cherchez pas réellement à la séduire. Ou peut-être êtes-vous très officiellement son ami, ne semble-t-elle pas se rendre compte que vous souhaitez davantage et espérez-vous qu’un jour, oui un jour, elle se rende compte qu’en réalité vous êtes fait l’un pour l’autre et vous tombe dans les bras d’elle-même … spoiler alert : ça n’arrivera jamais.

L’attirance sexuelle qu’une femme peut ressentir à votre égard et son intérêt pour vous en tant qu’ami sont deux choses qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre. Le fait de devenir son ami ne vous amène donc jamais plus près du moment où vous enlèverez sa culotte avec les dents. Cela peut même être handicapant, car en devenant son ami vous acceptez aussi d’exposer quelques-unes de vos faiblesses, de vos traits sensibles et si délicieusement féminins. Bref, vous vous castrez à ses yeux.

Si vous êtes son « ami », c’est qu’elle vous a déjà rejeté en tant qu’amant potentiel. Elle l’a peut-être fait avec le sourire, avec gentillesse, voire avec tendresse, ou sans un mot. Mais elle l’a fait. Si vous êtes dans la friendzone, c’est que vous avez déjà perdu. Pourtant, elle continue à vous fréquenter et semble vous apprécier en tant qu’ami, que confident, que soutien…

La friendzone est éternelle

Une fois que vous êtes dans la friendzone, vous y êtes vraisemblablement pour toujours : CELA NE CHANGERA PAS, inutile d’espérer.

La friendzone : une relation abusive ?

Elle aurait tort de s’en priver : ce que vous lui offrez, en bon Chevalier Blanc que vous êtes, c’est une partie des avantages d’une relation (la tendresse, le soutien moral, la présence, l’aide…) sans le « coût » de cette relation (vous aider en retour, vous supporter, avoir des relations sexuelles avec vous; oui, ces relations sexuelles sont bel et bien un coût, puisqu’elle n’a pas envie de vous; elles seraient un avantage dans le cas inverse. Mais si vous étiez dans le cas inverse, vous ne seriez pas dans la friendzone). Si vous êtes suffisamment servile et/ou affamé, vous pouvez même vous trouver dans une situation où vous lui signifiez continuellement à quel point elle est belle, intelligente, magnifique, brillante, importante pour vous … et ce sans qu’elle ait à s’impliquer davantage dans la relation. Souvenez-vous que les relations amoureuses sont, avant tout, des relations transactionnelles et contractuelles. La séduction est un marché. Or dans le cadre d’une relation friendzone, vous lui offrez une partie de votre propre valeur sans qu’elle ait à vous offrir quoi que ce soit en échange. Ce qui a plusieurs conséquences :

  • Vous n’êtes pas disponible pour une autre, dans la mesure où vous focalisez trop de temps ou d’attention sur une fille en particulier.
  • Vous vous bradez, et perdez donc de la valeur aux yeux de cette fille comme aux yeux des autres, en offrant gratuitement ce qui, normalement, se “paie”.
  • Vous ne l’encouragez pas à venir davantage vers vous, puisque vous lui offrez déjà une bonne partie de ce qu’elle pourrait gagner, affectivement parlant, dans la relation. Pourquoi, dès lors, ferait-elle le moindre effort ? Illustrons cela avec un petit calcul : imaginons que votre Valeur sur le Marché Sexuel soit de 10, et la sienne également. Si elle devient votre petite amie, elle échange sa VMS contre la vôtre : 10 contre 10, c’est équitable. Mais imaginons qu’elle ne devienne pas votre petite amie et vous laisse dans la friendzone. Vous continuez à lui apporter certains avantages, pour une valeur comprise entre 3 et 5 environ. C’est moins que la totalité de votre VMS mais le coût pour la fille est de 0 (ou éventuellement de 1, pour le peu de temps et d’attention qu’elle vous consacre), de sorte qu’elle peut, sans aucun problème, se trouver un autre copain, plus alpha que vous, avec qui elle pourra nouer une relation. Coût total pour elle : 10 (sa VMS). Bénéfice : 12 (la VMS de son nouveau copain) plus 3 à 5 (la Valeur que vous lui apportez) = entre 15 et 17. En vous maintenant dans la friendzone, elle réalise, du point de vue du Marché Sexuel, une opération bien plus rentable que si elle se mettait en couple avec vous. Sans doute vous désespérez-vous de la voir en couple avec un mec que vous considérez comme un connard mais c’est justement parce que vous êtes là, vous, l’ami, le satellite, le Chevalier Blanc, qu’elle peut le faire. Si elle n’avait personne pour la valider, pour la rassurer, pour l’écouter, pour la laisser pleurer quand son connard est méchant avec elle, peut-être irait-elle vers d’autres types de personnes. En étant présent à ses côtés, vous encouragez ses choix et contribuez à la maintenir dans ses modes actuels de relations.

On pourrait donc, à bon droit, considérer la friendzone comme une forme de relation abusive ou d’escroquerie émotionnelle, la fille en tirant tous les bénéfices sans tenir compte des aspirations ni des sentiments de l’homme. Le problème avec cette définition de la friendzone, c’est qu’elle est en partie fausse, pour la bonne et simple raison que la plupart du temps, ce sont les hommes qui se mettent ou se maintiennent dans la friendzone. Trop lâches pour affronter le risque d’un rejet, ils s’auto-friendzonnent bien souvent.

Auto-friendzoning

Eh oui ! il est fort possible que ce ne soit pas elle qui vous ait mis dans la friendzone, mais bel et bien vous qui vous y soyez mis tout seul, comme un grand. Cela peut être fait de plusieurs manières :

  • Vous n’avez même pas osé tenter le coup. Vous avez donc préféré rester un satellite de la nana en question. Cela vous permet de cultiver l’illusion que vous représentez quelque chose dans sa vie et qu’un jour, elle vous considérera autrement que comme un punching-ball ou une épaule sur laquelle pleurer quand son alpha la plaque. Bref : vous n’avez à vous en prendre qu’à vous-même.
  • Vous avez été rejeté mais êtes resté un satellite, par craindre de « la perdre ». Or cette crainte est infondée. Plus exactement : la fille est déjà perdue. Elle vous tolère dans son entourage en tant qu’esclave occasionnel mais vous ne pouvez rien espérer d’autre.
  • Vous attendez votre heure et espérez qu’un jour, ce sera le bon moment pour lui déclarer votre flamme. Vous avez trop regardé de comédies romantiques. Ce n’est pas ainsi que les choses se passent dans la vraie vie. Le bon jour n’arrivera jamais.
  • Vous êtes trop lâche pour faire le premier pas et espérez que ce sera elle qui le fera. Cela non plus n’arrivera pas. Il y a en effet une loi d’airain de la séduction : l’homme est actif, la femme est passive. C’est à vous de vous mettre en danger. A vous de tenter de la séduire, à vous de prendre le risque d’être rejeté. Elle ne le fera pas. C’est injuste mais c’est ainsi.

Si vous avez attendu trop longtemps, il est de toute manière déjà trop tard.

Lâcheté et friendzone

Il est probable que ce ne soit pas tant elle qui vous friendzone que vous qui êtes trop lâche pour en sortir.

Accepter la friendzone est une lâcheté

Si vous êtes dans la friendzone, c’est donc que vous l’avez bien voulu ou que, par lâcheté, vous ayez trouvé plus confortable de ne pas agir. Libre à vous d’y rester. Mais en ce cas, il ne sert à rien de vous plaindre : acceptez votre statut d’esclave, continuez à révérer votre maîtresse et attendez-vous à perdre dans une vaine attente plusieurs années de votre existence. L’autre option consiste à vous laisser enfin pousser une paire et à faire ce qu’il faut pour sortir de la situation.

Comment sortir de la friendzone ?

Le mieux est de ne jamais y entrer. Et pour ne jamais y entrer, c’est simple : faites immédiatement savoir à une fille que vous essayez de séduire sur quel registre vous placez la relation. Elle accepte ce registre (ce Cadre) ou elle ne l’accepte pas. Dans les deux cas, vous êtes fixé. Attention : elle peut très bien accepter le Cadre (l’idée que vous cherchez à la séduire, donc) sans pour autant vous donner satisfaction. Mais au moins, elle vous reconnaît comme un homme qui essaie de devenir son amant, non comme un satellite amical. Si vous ne voulez pas qu’elle vous considère comme un simple ami, n’agissez donc pas comme un simple ami.

Si vous êtes véritablement coincé dans la friendzone, il n’y a pas cinquante manières de vous en sortir. Il n’y en a qu’une, et elle est à la fois simple et brutale : vous débarrasser de la relation amicale. C’est-à-dire soit renoncer à la fille de vous-même et aller voir ailleurs si vous y êtes, soit lui parler une bonne fois pour toutes, lui avouer vos désirs et voir où cela vous mène (généralement : nulle part ; mais au moins vous êtes fixé).

Qu’avez-vous exactement à perdre à vous comporter ainsi avec franchise et détermination ? Sa pseudo-amitié ? Mais si vous êtes honnête avec vous-même, vous réaliserez sans problème que cette amitié n’en est pas une : c’est une relation de servitude, et non d’échange égalitaire. Vous n’avez rien à perdre, sinon les barreaux de la prison dans laquelle vous vous êtes vous-même fourré. A vous de décider si vous souhaitez ou non réellement en sortir.

Julien
Share: