Marché sexuel : notions de base

Share:

Les relations sentimentales et sexuelles obéissent aux lois du marché : offre, demande, disponibilité des produits, rareté de certains éléments … tout cela fait votre côte et celle de vos conquêtes potentielles. Imaginez une sorte de grand supermarché, dans lequel chacun est à la fois un client et un produit. Pour attirer les clients potentiels, vous devez être un produit intéressant et attrayant (totalisant donc un grand nombre de traits alpha) ; pour acheter les produits proposés par les femmes, vous devez les convaincre que ce que vous offrez (vous) a la même Valeur sur le Marché Sexuel (VMS) que ce qu’elles offrent (elles), voire même qu’elles font une bonne affaire et que vous valez plus qu’elles.

Marché sexuel : la VMS des femmes

La VMS d’une femme, surtout d’une femme jeune, est avant tout basée sur son apparence. Et elle n’a même pas à se forcer : tant qu’elle est encore jeune, il lui suffit de ne pas être trop grosse, d’être un minimum coquette et féminine, et toutes ses options sont ouvertes. Elle ne manquera jamais de prétendants, ni d’hommes prêts à réchauffer sa couette. Si elle n’en a pas en ce moment, c’est soit qu’elle n’en veut pas, soit qu’elle en veut un en particulier qui lui échappe.

Attention : considérer que la VMS d’une femme ne dépend que de son physique n’a rien de misogyne. Au contraire, c’est un reflet réaliste de la façon dont les hommes pensent. Soyez honnête : quand vous voyez passer une jolie fille, vous avez envie de coucher avec elle ; ses diplômes, son boulot, sa famille, son niveau de vocabulaire ou de culture, vous vous en foutez complètement. Ce qu’elle pense de la situation internationale vous importe moins que la courbure de son cul, et son opinion sur les grands enjeux politiques actuels vous intéresse beaucoup moins que ses nichons. Et même si vous ne vous en foutez pas entièrement, ça ne vient qu’en deuxième position : jamais vous ne coucherez avec une fille uniquement parce qu’elle a un travail passionnant ou parce qu’elle sait citer des pages entières de Nietzsche en VO, si à côté de cela elle n’est pas un petit peu attirante physiquement.

Marché sexuel : la VMS des hommes

Là c’est un peu plus compliqué. Pas parce que les hommes sont compliqués, mais parce que ce sont les femmes qui décident. Bien sûr, l’apparence compte, et compte beaucoup. Il vous faut si possible être grand, physiquement rassurant (épaules larges, un peu de musculature), pas trop repoussant à regarder. Mais, à moins que vous ne fassiez 160 kilos ou soyez vraiment immonde, la beauté ne fait pas tout. Le reste … eh bien le reste, c’est votre façon de parler, votre façon de regarder, votre langage corporel, ce que vous portez comme vêtements, le vocabulaire dont vous vous servez, le fait que vous sembliez riche ou pauvre, dominateur ou soumis … tout cela entre en jeu, et bien d’autres choses encore.

Le marché sexuel est dérégulé

Lorsque vous abordez une femme et commencez à tenter de la séduire, elle va déterminer très vite la valeur sur le marché sexuel  (VMS) qu’elle vous attribue. Si cette valeur est inférieure ou même égale à celle qu’elle estime être la sienne, elle va repousser votre offre et se débarrasser de vous plus ou moins rapidement. Si ce n’est pas le cas, elle peut se montrer intéressée.

Mais en tant qu’homme, vous partez a priori perdant, au jeu du marché sexuel : de toute éternité, les mâles se sont affrontés pour l’accès aux femelles, tandis que celles-ci n’ont presque jamais de mal à trouver un partenaire quand elles en désirent un (leur problème tend à être inverse, d’ailleurs). En clair : les hommes luttent pour avoir accès aux femmes : les perdants n’auront rien. Les femmes luttent pour avoir le meilleur partenaire masculin possible : les perdantes auront quand même quelqu’un, mais pas aussi bien qu’elles le souhaitaient.
Si vous voulez réellement avoir vos chances, il est donc impératif que vous vous mettiez cette vérité dans la tête : une femme entre 18 et 30 ans, mince, raisonnablement jolie et correctement élevée a à sa disposition une foule d’options ; elle peut attirer l’attention et recevoir les faveurs sexuelles d’à peu près n’importe quel mâle n’étant pas pris et viscéralement fidèle à sa compagne. En clair : elle se tape qui elle veut, quand elle veut. Vous, vous devez galérer.

Le marché est donc loin d’être régulé, et pour certains acteurs, il est bien plus difficile que pour d’autres. Pour vous en tirer, vous allez avoir besoin de stratégie, d’astuce, et même d’un peu de chance. Vous allez devoir apprendre à mettre en avant vos traits alpha, à dissimuler vos traits négatifs et améliorer tout ce qui peut l’être.

L’art de la drague, c’est l’art de l’optimisation de votre VMS, et de la manipulation des perceptions de votre interlocutrice pour qu’elle surestime votre valeur. Mais pour cela, il faut déjà que vous disposiez d’une valeur réelle : si vous valez en réalité 7 sur 10 et que vous êtes un excellent dragueur, vous pourrez donner l’illusion d’être un 8, voire un 8.5. En revanche, si vous valez 3 à la base, n’imaginez même pas pouvoir faire croire que vous valez plus que 4. Quelles que soient vos méthodes de séduction, il n’y a donc aucun secret : il faut d’abord et avant tout vous améliorer vous-même.

 

Julien
Share:
%d blogueurs aiment cette page :