Oestrogènes : comment en limiter la présence et l’impact

568
0
Share:

On a déjà évoqué des manières naturelles d’augmenter son taux de testostérone. Mais il n’y a pas que l’hormone mâle, dans notre corps. Il y a aussi les oestrogènes, hormones femelles qui, si elles sont souhaitables dans un corps féminin, ne le sont qu’en quantités faibles et raisonnées chez un mâle. Chez les hommes un fort dosage en oestrogènes peut provoquer des gains de masse grasse, des baisses de testostérone, voire des troubles de l’érection. Pour éviter cela, certains aliments sont à proscrire ou, au moins, à limiter.

Les aliments riches en oestrogènes

C’est la base de tout : pour limiter votre niveau en oestrogènes, il vous faut en absorber moins. C’est aussi bête que cela. Pour la plupart des hommes estimant avoir un taux d’oestrogènes trop élevé, une simple réduction des apports suffit. En tous les cas, c’est par là qu’il faut commencer. Les aliments les plus riches en oestrogènes sont :

  • Les produits laitiers, et surtout ceux provenant du lait de vache. Au quotidien, une part importante (entre 50% et 75%, selon les individus) de vos apports en oestrogènes viennent de là.
  • Tous les produits à base de soja. Navré pour les vegans.
  • Tous les produits gras et sucrés.
  • Les graines de lin, de soja, de sésame et toutes les graines germées
  • Tous les haricots et légumineuses
  • Les céréales, en particulier le riz brun, le blé et l’avoine

Attention : il ne s’agit pas de rayer complètement ces produits de votre alimentation. Mais en réduire quelque peu les quantités et la fréquence peut avoir des effets positifs.

Manger bio et éviter les plastiques

Les oestrogènes sont aussi présents dans les plastiques, les pesticides et les insecticides. La nourriture industrielle et les produits issus de l’agriculture conventionnelles en sont remplis. Tout le monde n’a pas les moyens de manger bio à tous les repas, cependant. Mais tout le monde peut éviter ou au moins limiter l’usage de certains produits ou pratiques, comme par exemple :

  • Les plats préparés contenus dans des emballages en plastique
  • Les contenants en plastique (par exemple quand vous faites réchauffer quelque chose au micro-onde)
  • L’eau en bouteilles plastique (pas de souci pour les bouteilles en verre)
  • Les fruits et légumes les plus touchés par les pesticides, notamment : les pommes de terre, les poivrons, le celeri, le raisin, les pommes, les poires, les fraises et les épinards. Pour ces produits, privilégiez le bio. Plus généralement, tous les fruits et légumes non bio importés d’Espagne contiennent énormément de pesticides.

La viande n’échappe pas à la règle : dans les élevages non bio, les animaux sont en général traités aux oestrogènes afin de les faire engraisser davantage avant l’abattage et de faire en sorte que leur viande fasse de la rétention d’eau, ce qui a pour effet d’augmenter artificiellement leur poids. Forcément, ça se retrouve dans votre alimentation.

Le lait de vache a une haute valeur en oestrogènes

Dans l’intérêt de votre taux en oestrogènes, mangez-la, mais évitez de trop consommer son lait : de toute manière, le lait de vache n’est bon que pour les veaux.

Aliments bénéfiques pour réduire son taux d’oestrogènes

Il y a aussi des aliments que vous pouvez privilégier, soit qu’ils contribuent naturellement à réduire votre taux d’oestrogènes, soit qu’ils boostent le fonctionnement de votre foie, qui, en retour, réduira votre taux d’oestrogènes. Parmi ces aliments, on peut noter :

  • Les jaunes d’œuf
  • Les légumes crucifères (brocoli, chou-fleur, chou, rutabaga…)
  • Les champignons

Mollo sur la bière

La bière contient du houblon, et le houblon est l’un des produits les plus riches en phytoestrogène. Le beer belly  n’est pas une légende et les très gros buveurs de bière risquent la gynécomastie, c’est-à-dire un développement des seins. Ceci dit, prise en quantités raisonnables, la bière ne présente pas vraiment de danger : assurez-vous simplement de ne pas en boire tous les jours, ni plus d’un demi par jour, et tout ira bien.

Par ailleurs, la consommation régulière d’alcool peut ralentir le fonctionnement du foie, lequel est essentiel pour la régulation des taux d’oestrogènes.

Attention aux traitements médicamenteux

Certains médicaments ont pour effet secondaire d’augmenter le taux d’oestrogènes. C’est le cas en particulier des inhibiteurs des récepteurs H2, des plusieurs médicaments pour le cœur, du Valium, du Xanax et des benzodiazépines. Bien entendu, si vous êtes sous traitement, ça n’est sans doute pas pour rien et il vaut mieux ne pas interrompre votre prise de médicaments sans avis médical. Mais il est également bon que vous connaissiez cet effet secondaire, ne serait-ce que pour tenter de le corriger par des pratiques vertueuses par ailleurs.

Antoine
Share:
%d blogueurs aiment cette page :