Principe Pilule Rouge #7 : le marché du sexe

508
0
Share:
Le marché du sexe régit nos rapports de séduction

On parle de marché du sexe, ou marché sexuel, pour exposer la nature des rapports de séduction entre les êtres humains. Ces rapports sont de nature transactionnelle : ils reposent sur le fait que chacun s’engage dans une forme de négociation avec l’autre. Cette transaction porte sur la valeur qu’on accorde à l’autre (c’est-à-dire à quel point on l’estime désirable et quels efforts on est prêt à consentir pour obtenir ses faveurs sexuelles ou son attachement sentimental), comparée à la valeur que l’autre nous accorde. Si on estime que l’autre a une valeur au moins égale à la nôtre, on peut être tenté de s’engager dans un rapport sexuel ou une relation de séduction.

Chaque acteur du marché sexuel cherche à gonfler sa propre valeur, et ce afin d’obtenir de l’autre sexe ce qu’il désire : selon les cas et les individus, il peut s’agir d’attention, d’argent, de rapports sexuels, de reconnaissance émotionnelle, de confirmation narcissique, de statut, de protection, et ainsi de suite.

Dans la mesure où chaque individu construit ses propres représentations et ses propres critères, le marché du sexe est par nature changeant, variable et dénué de règles absolues : ce qu’un individu considérera comme un signe de haute valeur chez son prochain peut être bien moins valorisé par un autre. Le bluff, la mauvaise foi, le mensonge et la manipulation jouent des rôles importants dans le marché du sexe. C’est cet ensemble de pratiques que l’on nomme la séduction. 

Il existe des tendances fortes en ce qui concerne les critères les plus couramment admis comme désirables par l’un et l’autre sexe :

  • Les hommes tendent à préférer les femmes jeunes, belles, féminines et en bonne santé. De préférence, elles disposeront également de compétences sociales et relationnelles. Leur statut social et leurs moyens financiers ne sont en revanche pas des critères de choix majeurs. Les critères de choix d’un homme évoluent assez peu au cours de sa vie.
  • Les femmes tendent à préférer les hommes forts, virils, protecteurs, disposant de plus de moyens financiers qu’elles et d’un statut social plus élevé. Si en prime ils sont agréables à regarder, c’est un bonus non négligeable. Mais seulement un bonus. L’âge n’est pas un critère de choix majeur, tant qu’ils n’est pas trop fortement éloigné du leur (et encore…). Les compétences relationnelles (empathie, gentillesse, compréhension) n’ont que peu d’importance dans les premières années après la puberté. Mais les critères de choix d’une femme évoluent au cours de son existence : plus elle avance en âge, et plus les critères sociaux, financiers et relationnels sont importants.

Ces tendances ne sont pas forcément absolues mais elles définissent tout de même des axes majeurs et valides. Les critères varient également selon que l’on recherche un partenaire d’un soir ou un conjoint de long terme.

Pour davantage de détails sur le marché du sexe, voir ici.

Antoine
Share: