Quelles sont vos valeurs ?

Share:
Les valeurs de l'homme moderne

L’une, si ce n’est la principale, des raisons pour lesquelles tant d’hommes sont aujourd’hui incapables de donner du sens à leur existence est le fait qu’ils ignorent tout de leur propre morale et de leurs propres valeurs. A vrai dire, la plupart n’en ont aucunes : ils se contentent de prétendent adhérer à des codes qu’en réalité ils répètent sans les comprendre. Ils sont fidèles aux valeurs de la République, ils sont Charlie … mais au fond, ils seraient bien incapables de se définir plus précisément que cela. En réalité, ils sont vides. Des zombies ontologiques. Des âmes mortes. Des êtres sans profondeur, dépourvus de toute virilité intérieure réelle, et qui se laissent porter par l’existence comme des feuilles mortes au fil de l’eau.

Bien entendu, on peut expliquer cela de bien des manières : déliquescence de la société, dévirilisation générale, destruction du rôle de l’homme, promotion de la figure de la Jeune Fille (et la Jeune Fille, on le sait, peut très souvent être un homme mûr). Mais si tout cela peut être une explication, il ne s’agit en aucun cas d’une excuse. Et le principal facteur à prendre en compte quand il s’agit de se demander d’où vient cette absence de valeurs et d’objectifs est, tout simplement, notre propre lâcheté et notre propre médiocrité.  Aussi est-il d’une importance capitale, pour l’homme désireux de mener, malgré et contre tout, une vie virile, de définir clairement les valeurs qu’il met au centre de son existence.

Pourquoi définir précisément ses valeurs fondamentales ?

D’abord et avant tout parce que c’est un exercice d’introspection intéressant. Nos valeurs réelles, fondamentales, sont souvent des choses qui nous semblent aller de soi, sans qu’on y ait réellement réfléchi. Prendre le temps de clairement les définir, de les écrire, d’y réfléchir, c’est faire un véritable petit examen de conscience et s’interroger sur ce que l’on décide de mettre au centre de sa propre existence.

De plus :

  • Définir vos valeurs vous simplifie la vie : c’est fou le nombre de conflits intérieurs et de questionnements moraux qu’on évite, une fois que l’on a clairement défini ce qu’on estime être ses valeurs. Face à bien des situations, on peut se contenter de se poser une simple question : Cela entre-t-il ou non en conflit avec ce que je crois ? Cela cadre-t-il avec mes valeurs personnelles ?
  • Définir vos valeurs fondamentales vous protège d’un certain nombre d’erreurs de jugement. Bien entendu, vous avez certainement une idée vague de ce qui est important pour vous. Mais tant que cette idée reste vague, tant que vos valeurs ne sont pas entièrement définies, vous prenez le risque, lorsque vous vous trouvez dans une zone grise, de prendre une décision que vous regretterez plus tard, et dont vous ressortirez avec une piètre opinion de vous-même, quand vous vous serez rendu compte qu’elle entre en conflit avec vos valeurs réelles.
  • Définir vos valeurs fondamentales est un moyen de manifester le fait que votre existence a un but. Et ce but est, entre autres, de vivre en accord avec ces valeurs. Vous n’êtes pas un fétu de paille emporté par le vent. Vous êtes un homme. Un être qui ose lutter contre le courant, qui ose se dresser face à l’adversité, et qui ose tenter de vivre selon ses propres termes. Ce n’est pas facile. C’est même un assez sûr moyen de se prendre des baffes. Mais c’est également un sûr moyen de vivre comme un homme et non comme une larve, comme une Jeune Fille, ni comme un dégénéré. Sans corpus de valeurs clairement établi, vous glissez dans la vie, d’une circonstance à une autre ; vos décisions ne sont pas basées sur votre boussole morale interne, mais uniquement sur vos caprices, vos intérêts du moment, vos sentiments, ou encore la pression sociale exercée par vos amis. Bref : vous n’êtes pas un être autonome, mais seulement le miroir des avis des autres, des envies que vous ne maîtrisez pas et du talent des professionnels de la communication. A l’inverse, définir vos valeurs et parvenir à vivre selon elles vous assure, sinon le bonheur, du moins la satisfaction d’être le maître de votre propre vie.

La différence entre les valeurs et les objectifs

Que l’on soit bien clair : il ne s’agit pas ici de définir vos objectifs dans la vie. C’est bien entendu utile, mais ça n’est pas l’objet de cet article, ni de l’exercice que nous vous proposons ici. Les objectifs correspondent à des actions spécifiques, à des événements précis et à des buts mesurables. Avoir mon premier enfant avant trente ans est un exemple d’objectif (quoi que l’on pense de son intérêt par ailleurs). Obtenir tel diplôme cette annéefaire un voyage d’un an autour du monde ou encore soulever 100 kilos au développé-couché sont également des objectifs, et non des valeurs.

Les valeurs sont les idées qui sous-tendent votre existence : les choses qui sont vraiment essentielles pour vous et à partir desquelles vous déterminez ce que vous estimez être bon, ce que vous estimez être mauvais, ce que vous considérez comme souhaitable et comme non souhaitable. C’est en suivant vos valeurs que vous tirez de vos actions une certaine estime de vous-même, une fierté quant à vos actes et le sentiment que votre vie va dans le sens que vous souhaitez.

Valeurs viriles

C’est à vous de remplir les pages blanches et de faire de votre existence une histoire qui sera digne d’être contée.

A la recherche de vos valeurs

Il n’est pas toujours évident de découvrir ses propres valeurs. Et on peut parfois être surpris de ce qu’on y trouve. L’exercice que nous vous proposons ici demande un peu de temps, un minimum de matériel et de vous trouver dans de bonnes dispositions.

Le temps

Dégagez-vous une petite heure, que vous pourriez ne consacrer qu’à l’exercice. Débranchez votre téléphone, éteignez radio et télévision, limitez toutes les distractions au maximum : le but est de vous retrouver seul avec vous-même.

Le matériel

Vous aurez besoin de papier et d’un stylo ou crayon. Évitez l’usage d’un ordinateur : préférez la simplicité du contact physique avec la feuille.

Les dispositions

Faites en sorte de prévoir l’exercice à l’avance. C’est un rendez-vous que vous prenez avec vous-même, et auquel, sans doute, vous penserez sans même vous en rendre compte dans les jours qui précèdent. Ce n’est pas anodin, un rendez-vous avec soi-même : c’est une rencontre avec la personne la plus importante de votre vie. Arrivez au rendez-vous frais, dispos, reposé et détendu. Vous avez même le droit de vous habiller pour l’occasion : après tout, quand on rencontre quelqu’un d’aussi important, on le respecte; on ne se pointe pas au rendez-vous en slip, ni à demi cuité. Cette petite mise en scène de votre rencontre avec vos valeurs a de l’importance : elle permet également de mettre en avant l’estime que vous portez à vous-même.

L’exercice

Installez-vous face à votre cahier ou à votre feuille, saisissez le stylo, et notez ces quelques questions :

  • Qu’est-ce qui définit à mes yeux un homme accompli ?
  • Qu’est-ce qui est réellement important pour moi, en tant qu’homme ?
  • A quels moments de mon existence me suis-je senti complet, accompli en tant qu’homme, réellement à ma place ?
  • A quels moments de mon existence me suis-je senti le plus heureux ?
  • Pour quel genre d’homme ai-je le plus d’admiration ? A quoi ressemblerais-je, si j’étais en tout point conforme à ce que j’attends d’un homme véritable ?

Pour chacune des questions, écrivez les réponses qui vous viennent. Ne vous censurez surtout pas : personne d’autre ne va lire ce texte. Il n’est destiné qu’à vous-même, et vous pourrez même le détruire ensuite si bon vous semble. Vous n’avez donc aucune raison de vous mentir. Cette nécessaire sincérité est l’aspect le plus difficile de l’exercice : il s’agit non pas d’écrire ce que vous pensez que vous devriez écrire, ou ce que votre père, votre femme ou vos collègues aimeraient que vous écriviez, mais bien ce qui vient du plus profond de vous-même. Ce qui compte, ce n’est pas d’être correct. Ce n’est pas non plus d’être conforme à ce que les autres attendent de vous. Ce qui compte, c’est d’être honnête et cohérent. Après tout, s’il y a bien une personne à qui vous devez la franchise, c’est vous-même. 

Si rien ne vient immédiatement, ou si des questions restent sans réponse, ça n’est pas grave. Attendez un instant, allez faire un petit tour, ou même rangez le papier et le stylo pour l’instant : les questions continueront à tourner dans un coin de votre tête et il est fort possible que, d’ici quelques heures ou quelques jours, des réponses vous apparaissent. Une fois que vous avez rédigé vos réponses, ne vous relisez pas, ne corrigez rien. Mettez le papier à l’abri pendant quelques jours et reprenez rendez-vous avec vous-même pour la semaine suivante.

Les valeurs viriles sont variées et diverses.

Ne vous censurez surtout pas : quelles que soient les réponses que vous fournirez aux questions, si elles sont sincères, elles sont acceptables.

Le dépouillement

La semaine suivante, dans les mêmes conditions que précédemment, reprenez votre papier et relisez vos réponses. Demandez-vous si celles-ci correspondent toujours à votre état d’esprit. Si vous avez l’impression que le texte que vous lisez a été rédigé par un étranger, reprenez l’exercice et apportez, sur un nouveau papier, de nouvelles réponses. Peut-être aurez-vous à reproduire l’exercice plusieurs fois, sur plusieurs semaines. Ce n’est pas grave. Nous parlons là d’une exploration de votre propre être et de vos valeurs profondes : ça n’est ni forcément évident, ni forcément facile, et surtout vous n’êtes pas pressé. 

Vous allez donc, au bout du compte vous retrouver avec un, deux, trois papiers, peut-être plus. Lisez le tout attentivement. Relevez les mots et les termes qui vous semblent les plus importants et essayez de faire une liste des quelques-uns qui résument le mieux les valeurs décrites dans ces textes. Votre liste doit être brève : pas plus de sept valeurs. Si vous vous retrouvez avec davantage, éliminez celles qui vous semblent secondaires.

Si vous avez du mal à synthétiser votre pensée et ne voyez pas trop quel genre de valeur vous pourriez dégager de l’étude de vos textes, voici une petite liste, absolument pas exhaustive, de ce que vous pourriez y trouver :

  • Accepter le monde tel qu’il est
  • Accord avec la nature
  • Amitié
  • Amusement et distraction
  • Bonheur conjugal
  • Bonheur individuel
  • Charité
  • Communauté et esprit de groupe
  • Confiance en soi
  • Créativité et imagination
  • Culture générale
  • Discipline
  • Éducation et bonnes manières
  • Espérance
  • Esprit de justice
  • Famille
  • Franchise
  • Foi et spiritualité
  • Générosité
  • Goût pour l’aventure et l’inconnu
  • Honnêteté
  • Honneur
  • Humour
  • Indépendance affective
  • Indépendance financière
  • Intégrité
  • Liberté d’esprit
  • Liberté individuelle
  • Maîtrise de soi
  • Mariage et monogamie
  • Orgueil personnel
  • Paix intérieure
  • Patriotisme
  • Perfection artistique
  • Professionnalisme et productivité
  • Puissance physique
  • Rationalité et logique
  • Recherche de la vérité
  • Repousser ses limites
  • Responsabilité personnelle
  • Sagesse
  • Santé et équilibre corporel
  • Sécurité affective
  • Sécurité financière
  • Sens de l’engagement
  • Sens de la hiérarchie
  • Sens du pardon
  • Solidarité (penser à préciser à l’égard de qui)
  • Succès professionnel

Ce ne sont que des exemples et ils ne doivent en rien vous influencer. Il n’y a, à ce jeu, aucune bonne réponse, ni aucune mauvaise.

Et après ?

Il n’y a pas forcément d’après. Une fois que vous êtes arrivé au bout du processus, vous disposez d’une vision plus claire de vos propres valeurs fondamentales. Vous avez même une devise, formée des termes les plus importants que vous, et qui peut au quotidien vous servir de boussole morale. Il est intéressant de reproduire l’exercice de temps en temps : une fois tous les trois ou quatre ans, par exemple, pour constater ce qui reste ancré solidement dans vos convictions et ce qui évolue au fil du temps. Dans tous les cas, ce type d’exercice d’introspection, en vous aidant à mieux vous connaître, en vous plaçant hors de vos zones de confort mental habituelles, ne peut qu’être bénéfique. Aller à la rencontre de soi-même n’a rien de facile. Mais peut se révéler extrêmement valorisant. 

Illustrations : Taylor Grote Dariusz Sankowski Fares Nimri

Martial
Share: