Reductio ad Hitlerum, déshonneur et honneur par association

353
0
Share:

On continue notre petit tour des sophismes et pièges intellectuels les plus courants avec la série des sophismes par association, et en particulier la Reductio ad Hitlerum. Ils sont grossiers, souvent évidents, mais force est de constater qu’ils fonctionnent et que bien des gens les utilisent, souvent à leur corps défendant. Pour certains, ce mode de raisonnement tordu est même devenu tellement naturel qu’il fait partie de leur environnement mental.

Principe de base de la Reductio ad Hitlerum, de l’honneur par association et du déshonneur par association

L’idée de base est très simple : on trouve un point commun entre la personne que l’on veut cibler et une figure connue. Puis on en déduit que, puisque la cible et cette figure partagent un point commun, c’est qu’elles sont identiques à un degré ou à un autre. Du coup, on valorise (honneur par association) ou on dévalorise (déshonneur par association) la cible. On parle de Reductio ad Hitlerum dans le cas précis où pour un déshonneur par association, on prend la figure d’Adolf Hitler.

Dit comme ça, ça pourrait sembler un peu flou mais quelques exemples rendront les choses plus parlantes…

 

Exemples d’honneur par association

Méthode éprouvée par tous les cire-pompes du monde, l’honneur par association est très facile à repérer, et le plus souvent ne relève que de la simple flatterie. Parfois même, on peut le laisser passer dans la conversation sans même s’y arrêter.

  • Le pauvre, il est mort à 33 ans, comme Jésus.
  • J’ai appelé mon fils Ernesto, comme le Che !

Ce sont bien entendu des âneries mais elles ne sont, en elles-mêmes, pas bien méchantes, et dans certains cas, elles permettent même de supporter la douleur. Dans d’autres, elles ne sont qu’auto-flatterie à peu de frais. C’est minable mais ça ne porte pas tellement à conséquence. On peut faire plus subtil et plus pervers, cependant :

  • Emmanuel Macron est le plus jeune chef d’État français depuis Napoléon III !
    Tentative d’associer les deux figures et de tailler au jeune président un costume « impérial ». Si l’âge est leur seul critère de ressemblance, on est en droit de se demander pourquoi on fait la comparaison au juste : ce n’est pas ce qu’il y a de plus pertinent pour déterminer le bien-fondé d’une action politique.
  • Comme Richelieu, Mitterrand aimait beaucoup les chiens.
    Là encore, le parallèle est destiné à dorer l’image du chef d’Etat. Et là encore, on peut estimer que la comparaison n’a rien de très pertinent : il y a des millions de personnes qui aiment les chiens, ça ne leur donne pas à tous les qualités de Richelieu. Hitler aussi aimait beaucoup les chiens, d’ailleurs (voir plus bas, le cas de la Reductio ad Hitlerum). Étrangement, là, on ne fait pas le parallèle…

Le déshonneur par association et la Reductio ad Hitlerum

Le déshonneur par association est plus courant que l’honneur par association, et, quand on le repère, il peut être très rigolo à observer (de loin) puisqu’il s’agit en général des critiques les plus imbéciles qu’on puisse adresser à qui que ce soit. La Reduction ad Hitlerum (mais bon, ça marche aussi avec Staline, Mussolini, Mao…) est un cas particulier de déshonneur par association, dans lequel on va comparer la personne au Führer en personne.

  • Quoi ? Vous aimez Carmina Burana ? Ne savez-vous pas que c’était un morceau que Hitler appréciait ?
  • Vous êtes contre la corruption engendrée par les emplois parlementaires ? Vraiment ? Mais savez-vous qu’Hitler aussi était contre ? Cela fait même partie du sixième point du programme du parti nazi de 1920 !
  • Je vois que vous portez un manteau de cuir sombre. Comme en portaient les membres de la Gestapo…
  • Vous soutenez des politiques sociales … mais savez-vous que Mussolini lui aussi était favorable à des politiques sociales ?

Il existe même une forme plus subtile de Reductio ad Hitlerum, qu’on pourrait appeler la Reductio ad Hitlerum anachronique : elle consiste à citer un auteur, un artiste, un penseur ou autre qui a, pour une raison ou une autre, été lu, apprécié ou cité par Hitler, et décider qu’en conséquence, il s’agit d’un pré-nazi.
Exemple : Hitler avait lu Nietzsche. Nietzsche est donc un pré-nazi.
Le problème avec ce raisonnement, c’est que, par définition, TOUT ce qui précède le nazisme est pré-nazi. TOUT ce qui a composé le monde d’avant 1933 a contribué, directement ou indirectement, à créer le monde de 1933, et donc à permettre l’accession d’Hitler au pouvoir. Par exemple : si les Alliés n’avaient pas gagné la Première Guerre Mondiale, l’Allemagne n’aurait pas souhaité sa revanche, donc le nazisme n’aurait sans doute pas dominé. Donc, par conséquent, les Poilus de la Grande Guerre sont des pré-nazis. Les contes des frères Grimm ont été écrits au dix-neuvième siècle et ont contribué à renforcer l’idée qu’il existait une identité culturelle allemande, donc les frères Grimm étaient des pré-nazis. Et ainsi de suite. On peut s’amuser à remonter comme cela aussi longtemps qu’on veut, et jusqu’au Big Bang.

 

Reductio ad hitlerum Berlin

Reductio ad hitlerum : « Vous aimez la choucroute ? Alors vous êtes responsable de l’Holocauste, espèce de salaud ! »

Comment faire face à un sophisme par association ?

Il existe plusieurs méthodes. En voici trois assez efficaces.

Montrer que c’est un sophisme, en reprenant le raisonnement sur un autre exemple
Cette tactique consiste à montrer à votre adversaire que vous avez compris que son raisonnement ne tient pas, sans encore vous montrer trop méchant. S’il n’a pas usé de Reductio ad Hitlerum et/ou si on le soupçonne d’être en fait sincère, cela peut être suffisant. Donc, si je vous suis bien … mon chien a quatre pattes, et mon chat aussi a quatre pattes. Donc mon chien est un chat. C’est bien cela ?

Poursuivre le raisonnement avec un exemple tout à fait trivial
Je fais aussi caca une fois par jour. Hitler également faisait caca tous les jours. Pensez-vous que je doive me considérer comme un nazi ?

Approuver et amplifier
Vous avez tout à fait raison. Il est inexcusable de soutenir des thèses qui ont également été soutenues par Adolf Hitler. D’ailleurs dans le point 7 du programme du NSDAP, il déclare la nécessité d’un état-providence. C’est intolérable. Il faudrait donc que nous supprimions la Sécurité Sociale, les retraites et l’assurance-chômage, afin de ne surtout pas ressembler au Troisième Reich. Et dans le point 9, il déclare que tous les citoyens doivent avoir les mêmes droits et les mêmes devoirs. Pour combattre le nazisme ambiant, il est donc indispensable de rétablir la noblesse, qu’en pensez-vous ?

 

A quoi servent les sophismes par association et la Reductio ad Hitlerum ?

Les sophismes par association en général, et la Reductio ad Hitlerum en particulier, ont le même objectif que les autres pièges intellectuels de ce type : prétendre gagner un débat en vous empêchant de penser et de raisonner de manière juste. Et comme les autres sophismes, les repérer, c’est déjà s’en défendre. Ajoutons que la Reductio ad Hitlerum n’est bien souvent rien d’autre qu’une tentative de virtue signaling, ce qui la rend d’autant plus méprisable.

Julien
Share:
%d blogueurs aiment cette page :