0

Bonjour à tous,

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas publié d’éditorial sur Neo, ni même publié quoi que ce soit. Mais la rentrée est l’occasion de toutes les bonnes résolutions, et me voici de retour au poste, fidèle, quoiqu’avec quelques changements à prévoir.

Les lecteurs fidèles de Neo-Masculin se sont sans doute aperçus que le site, depuis quelques mois, n’était plus alimenté que par les vidéos Bistrot des Gentilhommes. Et beaucoup se sont demandé ce qui m’était arrivé ; certains ont spéculé (et parmi les « certains » en question, on compte d’ailleurs un certain nombre de délirants, de paranoïaques et de fous … Internet en est rempli, et après tout, il est dans la nature des possédés que d’être légion). D’autres, et ils sont très nombreux, m’ont témoigné soutien et parfois inquiétude. Je les en remercie et l’expression de leurs sentiments m’est allée droit au cœur.

Pourtant, rien de particulier ne m’est arrivé. Ou plutôt si : la vie, tout simplement. La vie qui va, vient  et vous tombe dessus, vous entoure et parfois vous presse, vous harcèle et vous tiraille. Un travail qui change, une famille qui s’agrandit, un deuil qui passerait comme passent les deuils s’il n’y avait pas, comme souvent, l’administratif qui s’en mêle et aggrave tout, des travaux à réaliser cet été dans ma maison (qui m’ont donné l’occasion d’apprendre auprès d’un artisan les rudiments de la maçonnerie en pierres sèches) … bref, rien que de très normal, de très banal, de très habituel, mais néanmoins de chronophage.

Chronophage, mais pas au point de me tenir totalement à l’écart de mon clavier si cela ne s’était pas doublé d’un certain doute et d’interrogations quant à ce que je souhaite faire de Neo à l’avenir. A bien des égards, j’avais le sentiment, sinon d’avoir fait le tour de mes sujets, du moins d’être parvenu à une forme d’impasse quant à la forme. L’article, forcément bref, forcément synthétique, est une forme propre à véhiculer certains messages simples, mais pas nécessairement des choses plus complexes. Et depuis plusieurs mois, une certaine frustration quant à ce format avait vu le jour en moi. Un break a été le bienvenu.

Il a aussi été l’occasion d’écrire autre chose, autrement. De me lancer dans la rédaction d’un long essai, dont je publierai ici quelques bonnes feuilles dans les temps qui viennent. De rédiger trois petites nouvelles, que l’on ne verra sans doute pas sur Neo mais qui m’ont également permis d’explorer d’autres choses et d’autres manières de parler, d’écrire, d’exprimer ce qui me semble important.

Après break et réflexion, donc, me revoici. Décidé à changer quelque peu les choses. Dans les temps qui viennent, un peu de ménage va être fait sur le site : un certain nombre d’articles ne reflètent pas, ou plus, ou imparfaitement, des idées ou des valeurs que je souhaite transmettre. Ils seront retirés ou modifiés. D’autres font la promotion de choses, de groupes ou d’individus auxquels je ne souhaite plus associer Neo : là encore, il y aura corrections ou retrait. Dans l’ensemble, cependant, ce nettoyage ne devrait pas toucher plus de 5% de la totalité du site.

Et puis il y a les nouveaux contenus : reprise, après l’été, du Bistrot. Mais également nouveaux articles. Je pense que le rythme de publication sera moins important qu’il ne l’a été : durant près de trois ans, j’ai assuré cinq articles par semaine, tout au long de l’année. Cela représente entre deux et quatre heures de boulot par jour ; c’est un travail considérable, mais tout à fait réalisable pour qui a tué sa télé depuis déjà longtemps et n’a pas de goût particulier pour les distractions stériles. Réalisable uniquement, toutefois, à condition de ne pas être dans le même temps d’autre projet. Ce qui n’est plus le cas. Plusieurs projets différents sont actuellement sur ma table de travail, tant au niveau professionnel que personnel, et il y en a quelques-uns que je ne veux pas laisser passer. Mais dans le même temps, il est hors de question pour moi de laisser tomber Neo. Il y aura donc de nouveaux contenus prochainement, et je tenterai de tenir un rythme au moins hebdomadaire.

Pour finir, une autre question qui m’a été posée : celle de ma présence, ou plutôt de mon absence, sur les médias sociaux. Là encore, il y a la question du temps et de la motivation. J’y passe déjà un temps considérable dans le cadre de mon boulot, mais au moins je suis payé pour cela ; je n’ai pas forcément la motivation nécessaire pour y consacrer davantage d’heures dans le cadre extra-professionnel. Par ailleurs, je suis de plus en plus convaincu de la nocivité intrinsèque de ces outils et n’ai que très moyennement envie d’y perdre mon temps. J’y ai rencontré des personnes extraordinaires mais j’y ai également croisé des fous, des imbéciles, des toxiques, et en grand nombre. S’il est évident qu’appliquer des principes comptables aux relations humaines est tout sauf approprié, force est de constater néanmoins que la balance tend plutôt en faveur des possédés. Aucune décision n’est prise pour l’instant, mais j’envisage donc de plus en plus de retirer Neo de tous médias sociaux, ou, à tout le moins, d’en limiter considérablement la présence. A titre personnel, m’en retirer m’a fait un bien fou, et m’a permis de gagner un temps précieux, que j’ai pu consacrer à des choses réellement intéressantes. A vrai dire, même une discussion au café du coin avec les poivrots et les piliers de comptoir au nez veiné par le pastis est plus intéressante qu’une heure sur Facebook.

Voici donc pour les nouvelles du front, les réflexions en cours et les traditionnelles annonces de septembre. Ceci étant posé, je vous souhaite à tous une excellente rentrée.

Photo by Tyler Lastovich from Pexels

Martial
Martial
Martial ayant appris à tirer à l'école des Stormtroopers impériaux, il a fini par prendre conscience que la carrière militaire n'était pas pour lui. Depuis, il diffuse sur Internet sa haine et sa frustration à l'encontre de ces p*** de rebelles et de l'incompétence des ingénieurs de l'Empire. Actuellement, il dirige Neo-Masculin, collabore à École Major et participe au Bistrot des Gentilshommes

Sexe, dollars et mauvais goût : Pimp, d’ Iceberg Slim

Article précédent

Plus d'articles Edito

Sur les mêmes sujets