0

Pour ce nouvel opus d’Autodafé, Frère Ralf et Frère Martial reviennent sur Le Meilleur des Mondes (Brave New World) d’Aldous Huxley. L’une des plus anciennes des grandes dystopies livrées par la littérature de science-fiction du vingtième siècle, et pourtant un roman qui n’a pas pris une ride en plus de 80 ans. La présentation glaçante d’un totalitarisme souriant et affable, dans lequel triomphent la superficialité, la recherche du plaisir, l’individualisme et la solitude.

Le Meilleur des Mondes est un roman qu’on lit souvent à l’adolescence, et qu’on oublie ensuite. Et c’est un tort. Le relire à l’âge adulte permet de l’aborder sous d’autres angles, de voir d’autres facettes du récit, et surtout de découvrir toute la justesse cruelle et la profondeur du portrait qu’Aldous Huxley brosse des comportements humains. Lâchetés, compromissions, superficialité, bêtise … si le tableau est amer, il n’est pas pour autant dépourvu de tendresse, ni d’empathie.

Aldous Huxley a écrit Le Meilleur des Mondes sous la forme d’un roman facile à lire et accessible à tous, mais qui pose des questions fondamentales quant au destin de l’humanité, à la conception que l’on a du bonheur, à la notion d’individualité et à celle d’individualisme, à l’idée d’autodétermination. Bien longtemps avant notre époque, il a imaginé le clonage, la GPA, la manipulation in utero, mais aussi une société du plaisir et de la débauche, du travail et de l’oubli de soi. Une société dans laquelle la famille est perçue comme une horreur, un handicap, un frein à la jouissance personnelle. Une société réduite à un immense safe space, dans lequel nul n’est jamais en conflit avec nul autre, dans lequel chacun appartient à tous, et pourtant dans lequel les individus souffrent d’un effroyable vide existentiel. Une société qui, à bien des égards, préfigure et annonce celle qui est la nôtre aujourd’hui. Le trait est forcé, caricatural, et c’est bien normal, puisque c’est de la science-fiction. Mais à quelques exceptions près, tous les éléments du monde de Narcisse et du Dernier Homme sont là.

Pour en savoir plus sur l’émission de Ralf et Pierre-Yves Lenoble consacrée aux castes, voir ici. 

NeoMasculin
NeoMasculin

Loi du Pouvoir #11 : relations de dépendance

Article précédent

Ulysse, Achille et le Lotos : plaisir et leurres du bonheur

Article suivant

Plus d'articles Autodafé

Sur les mêmes sujets