Elégance virile : une introduction au style vestimentaire masculin

412
0
Share:
Élégance masculine

Il se trouve qu’en marge de mon travail quotidien, j’enseigne la communication en IUT. Chaque année, je constate en septembre les mêmes lacunes chez mes étudiants, de jeunes gens venant de passer leur Bac quelques mois plus tôt. Et chaque année, donc, je commence l’année par trois cours : le premier pour apprendre à mes étudiants à serrer la main comme il se doit, un deuxième pour leur apprendre à faire des nœuds de cravate, un dernier pour leur apprendre à s’habiller. Ce troisième est le plus important : beaucoup, en effet, ne réalisent pas à quel point la façon de se vêtir influence le regard que les autres ont sur nous ; ceux qui n’en ont pas conscience sont généralement les mêmes qui, quand ils n’ont pas écouté ou pas cru mon cours, se plaignent ensuite, quelques mois plus tard, de ne pas réussir à décrocher de stage, malgré le fait qu’ils ont démarché des dizaines d’entreprise. Mais généralement en jogging et casquette à l’envers.

Il me semble donc intéressant de proposer ici un résumé de ce cours. Dans les lignes qui suivent, je vais donc être volontairement caricatural dans ma description d’une élégance masculine globale. En réalité, il ne s’agit pas de vous dire comment vous habiller : vous êtes grand, vous faites ce que vous voulez. Il s’agit de vous dire comment vous allez être considéré si vous vous habillez de telle ou telle manière, et comment la société s’attend à ce que vous vous habilliez si vous voulez être considéré comme un homme.

 

Élégance masculine : principes généraux

 

Des vêtements pour toutes les occasions

Il y a des vêtements pour diverses occasions : des vêtements quotidiens, des vêtements de sport, des vêtements de cérémonie, etc. Les vêtements de sport, en particulier, se portent exclusivement pour faire du sport, et jamais en d’autres occasions.

Vous n’êtes pas un homme-sandwich

Un homme n’est pas un panneau publicitaire : toute marque ou tout logo visible sur son vêtement et lisible à plus d’un mètre de distance indique clairement que l’on a affaire à un crétin et/ou une victime du marketing : un mec tellement bête que non seulement il s’est fait avoir à acheter cette merde, mais en plus il fait de la pub gratos pour la marque. Dans le jargon des communicants, c’est ce qu’on appelle une fidélisation-advocacy, ou encore « Te la mettre bien profond ».

Bijoux et élégance

Le seul bijou visible que porte un homme est son anneau de mariage. Point. Les chaînes et bracelets de baptême se portent sous les vêtements. Rien d’autre n’est porté ni visible, à l’exception éventuellement d’une montre. Celle-ci peut être à bracelet ou à gousset (mais en ce cas elle ne se porte qu’avec un gilet). Les femmes peuvent afficher au quotidien un grand nombre de bijoux visibles, pas les hommes, c’est comme ça.

La mode, c’est ce qui se démode

Être dans le vent est une ambition de feuille morte. Suivre la mode, c’est s’imposer trois choses :

  • Les styles les plus bêtes et les plus ridicules
  • Le fait de ressembler à tous les autres abrutis qui se croient originaux
  • Le fait de devoir jeter au bout de trois ans des fringues encore mettables, mais désormais tellement ridicule qu’on ne les porte plus qu’à Tarbes et à Saint-Etienne

Mieux vaut opter pour un style indémodable et intemporel, qui non seulement vous donnera une vraie singularité, mais vous fera également faire des économies considérables.

Ces principes généraux étant établis, passons à l’examen des différentes parties du corps d’un homme élégant…

 

Élégance et sobriété masculine

C’est injuste mais c’est ainsi : les femmes peuvent porter toutes les couleurs qu’elles veulent, pas les hommes : leur élégance vient d’une certaine sobriété.

La tête

A moins d’être rabbin ou dandy, on ne porte plus guère de chapeau aujourd’hui et c’est bien dommage. La plupart du temps, un homme va tête nue, et cela ne nuit pas à son élégance.

Au quotidien, la casquette ne se porte que si elle fait partie d’un uniforme de travail. Elle peut aussi être portée en extérieur, notamment en cas de grosse chaleur, mais uniquement dans le cadre des loisirs ou d’activités physiques. Dans le cadre professionnel ou même simplement quotidien (promenade en ville, courses), elle est à proscrire.

Quelle que soit la circonstance, la casquette ne se porte jamais à l’envers : seuls les crétins et les racailles pensent que ça vous donne un air de mec cool. Dans les yeux de tous les autres, ça vous donne un air de petit con ou de délinquant.

Si vous voulez vous donner un air un peu dandy, la casquette plate à l’ancienne, le béret ou encore le panama peuvent être acceptables et ils ne manquent pas d’une certaine élégance.

Le bonnet ne se porte qu’en hiver, par grand froid. Le bonnet rasta n’est porté que par les drogués qui ne trouveront jamais de boulot.

Quel que soit votre couvre-chef, il convient de l’ôter quand vous entrez dans un bâtiment, quel qu’il soit (mais surtout les églises) : le garder sur la tête est très grossier. La seule exception étant les synagogues, où au contraire on se couvre en entrant.

 

Le torse

Un homme adulte porte une chemise, au quotidien. Il peut éventuellement porter un polo pour un look un peu plus détendu ou sportif, ou une chemise à manches courtes s’il fait très chaud.

La chemise se porte propre, repassée et de préférence d’une couleur unie ou avec un motif discret.

La cravate n’est pas toujours obligatoire mais n’est presque jamais une insulte à l’élégance. Si on ne porte pas de cravate, le dernier bouton de la chemise reste ouvert, sinon on ressemble à un nerd, genre puceau à 35 ans. Le nœud papillon ne se porte que pour les très grandes occasions. La lavallière ne se porte plus guère, sauf éventuellement le jour de votre mariage.

La chemisette (chemise à manches courtes) se porte uniquement en périodes chaudes. On la préfèrera en lin. On ne porte normalement pas de cravate avec une chemisette.

Le T-shirt est un vêtement de petit garçon ou d’adolescent. Les hommes adultes peuvent en porter dans un contexte de sport ou de loisirs. Mais jamais au quotidien ni au travail. C’est un vêtement qui est une insulte à l’élégance adulte.

Le débardeur est un sous-vêtement, qui se porte sous une chemise s’il fait froid ou qu’on a tendance à suer et qu’on ne veut pas que cela se voie sur la chemise. On peut éventuellement ôter sa chemise et se retrouver en débardeur quand on fait des efforts (déménagement, changement de pneu…) ; on peut aussi éventuellement en porter un pour faire du sport. Mais il ne s’agit jamais d’un vêtement du quotidien. Vous pouvez considérer que dans une situation où vous ne montreriez pas votre slip, vous ne montrez pas non plus votre débardeur.

Le sweater ou le maillot sportif se portent uniquement quand on fait du sport. En dehors de ce contexte, c’est laid et crétin. Pour quelqu’un qui ne fait partie de cette équipe, porter le maillot d’une équipe de foot célèbre pour aller en cours ou chercher du travail par exemple est un bon moyen d’indiquer à tous que vous êtes un imbécile.

Quoi qu’il arrive et sauf accident particulier ou visite à la plage ou à la piscine, un homme ne montre pas son torse. Même s’il a de jolis pectoraux et même s’il a de beaux abdos. Seuls les petits garçons se promènent ainsi à demi nus quand il fait chaud. Il est possible d’être torse nu quand on fait du sport en privé, qu’on travaille sur chantier par grande chaleur, etc. Mais on ne se promène pas torse nu dans la rue, ni même à la salle de sport. Vos mamelons sont astreints aux mêmes règles de pudeur que ceux des femmes.

 

Les parties génitales

Un homme peut porter slip ou caleçon, c’est question de goût. Mais il porte toujours un sous-vêtement (sauf s’il est en kilt mais c’est plus rare). Ce sous-vêtement n’a pas à être vu par qui que ce soit : un homme ne montre pas le bord de son slip par-dessus sa ceinture. Seuls les adolescents, les tapettes métrosexuelles et les pseudo-gangstas le font. Les vrais hommes ne montrent leur slip qu’à leurs femmes, leurs camarades de vestiaire sportif et leurs médecins.

En cas de port de maillot de bain, celui-ci est sobre, et de préférence de couleurs neutres. Il ne remplace jamais un sous-vêtement normal tout au long de la journée. Il est généralement considéré comme préférable de coordonner les couleurs de vos sous-vêtements et d’avoir donc slip, chaussettes et éventuellement débardeur de la même couleur. Ce dernier élément est toutefois de l’ordre du détail, au quotidien.

 

Les jambes

Un homme porte un pantalon. Le pantalon sera plutôt choisi sombre et sobre, de préférence dans une couleur assez neutre (bleu jeans, noir, gris…). Un beau jean n’est pas une insulte à l’élégance virile, bien au contraire : il peut la souligner. Il est toutefois préférable de ne pas avoir que des jeans dans sa penderie.

Les shorts remontant au-dessus du milieu de la cuisse sont portés par les femmes et les petits garçons : un homme en pantalon court porte des bermudas. Les bermudas ne se portent que dans des conditions climatiques très chaudes, et jamais dans des circonstances professionnelles, sauf bien entendu s’ils font partie de l’uniforme normal de votre travail .

Les pantalons fuseau ou simplement serrés aux chevilles ne sont portés que par les femmes et les homosexuels. Si vous n’êtes ni l’une ni l’autre, abstenez-vous. Les pantacourts ne sont acceptables qu’en été, et uniquement dans un cadre de loisirs.

Le sarouel n’est portable que si on est de religion druze. En dehors de ce cas précis, c’est un vêtement qui vous désigne comme un kassos drogué et certainement cradingue, qui va essayer de me taper dix balles.

Élégance simple et virile

Nul besoin de trop en faire : cultiver son élégance virile, c’est aussi savoir rester simple et sobre.

Les pieds

Vous avez besoin de trois paires de chaussures chez vous, en tout et pour tout :

  • Une paire de chaussures de ville, pour le quotidien et le travail. Vos chaussures de ville sont de préférence en cuir, propres et cirées une fois par semaine. Il n’est pas indispensable de les glacer, sauf si vous travaillez dans la diplomatie. Evitez les mocassins à gland, qui font yuppie années 80 façon American Psycho.
  • Une paire de chaussures de sport, que vous porterez pour faire du sport et jamais en d’autres occasions.
  • Une paire de chaussures d’extérieur, type grosses godasses bien solides, pour les randonnées, les balades, le bûcheronnage, et ainsi de suite. Choisissez-les simples et solides : elles ne sont pas là pour être jolies mais pour être résistantes.

Si vous êtes cavalier, motard ou autre, ajoutez bien entendu une paire de bottes ou de chaussures appropriées.

Les chaussettes sont obligatoires, sauf cas particulier de mocassins ou chaussures bateau portés en situation de loisirs.

Il est à noter que de même qu’on se découvre en entrant dans un bâtiment et qu’on se couvre en entrant dans une synagogue, on se déchausse en entrant dans une mosquée. Même si on n’est pas musulman : simple question de politesse.

Aucune élégance, sous quelque forme que ce soit, ne peut survivre si la personne est en claquettes ou en tongs, ou, pire, si elle porte des chaussettes sous lesdites claquettes : cela indique, selon le cas, la racaille la plus stupide (même pas foutue de porter des chaussures qui lui permettent de courir plus vite que les flics, c’est dire…) ou le touriste allemand le plus inconscient.

 

Bien entendu, tout cela est très caricatural, et à dessein. En réalité, il ne s’agit nullement ici de vous dire ce que vous avez à faire, mais simplement de rappeler quelques réalités concernant le regard que les autres posent sur vous. Le solipsisme contemporain tend en effet à faire oublier cette vérité toute simple : on s’habille d’abord et avant tout pour transmettre un message aux autres. L’habillement est un langage. On n’est pas forcément responsable de ce que les autres comprennent mais on est intégralement responsable du message qu’on envoie. Et si ce message dit de vous que vous êtes un délinquant, une victime du marketing ou un crétin, vous serez considéré comme tel même si vous ne l’êtes pas en réalité.

Martial
Share:
%d blogueurs aiment cette page :