Une heure avec Jacques Brel

676
0
Share:
Jacques Brel

Jacques Brel est non seulement l’un des chanteurs les plus talentueux du vingtième siècle mais il est également un des êtres les plus lucides, les plus humains et les plus touchants qui soient. A une époque qui, bien qu’encore moins Pilule Bleue que la nôtre, s’enfonçait déjà dans le sirupeux et le politiquement correct, il a chanté certaines des réalités de la vie d’homme, de l’amour, de l’esclavage à autrui. On peut, à bien des égards, le considérer comme un poète et penseur Pilule Rouge avant la lettre. 

 

Jacques Brel : quelques chansons Pilule Rouge

En 1976, Jean Ferrat (qui a des qualités par ailleurs : il a quelques bons titres à son actif) s’englue, avec La femme est l’avenir de l’homme, dans le féminisme gnagnan, avec strass et violons. Pur virtue signaling. S’il avait chanté cela en 1930, oui, ça aurait eu de la gueule et représenté une prise de position courageuse. Mais après 1968, ça n’est rien d’autre que l’affirmation de la doxa dominante.

 

Rien de tel chez Brel : en réponse à Ferrat, il compose La ville s’endormait, qui parait l’année suivante, dans son dernier album. Je vous conseille d’écouter les deux chansons l’une après l’autre. Vous constaterez sans problème quà tous les niveaux (poétique, maîtrise des effets, puissance d’évocation, niveau de langage), Brel est de loin supérieur. La “réponse” à Ferrat arrive vers la troisième minute.

 

Mais cette chanson de fin de carrière est loin d’être la seule qui soit assimilable à de la pensée Pilule Rouge :

  • Madeleine évoque le destin du pathétique mâle béta atteint d’unicisme/oneitis
  • Les Bonbons met en scène le même type d’homme, tentant vainement de séduire
  • Fanette met en scène des déceptions amoureuses de jeunesse
  • Vesoul nous parle d’une relation de couple dans laquelle la femme tient le Cadre
  • Dans Les Bourgeois, il présente le destin de la jeunesse pseudo-révolutionnaire (aujourd’hui, il ferait de ses personnages des antifa)
  • Avec Jef, il évoque la fraternité virile d’hommes qui, malgré ou grâce à leur statut de poivrots, font face à la douleur de la séparation

Certes, on peut aussi noter dans son répertoire quelques titres plus Pilule Bleue mais force est de constater qu’ils se font de plus en plus rare au fil des années : plus Brel avance en âge, plus il semble désireux de dire le monde et les relations hommes-femmes pour ce qu’ils sont. Il faut dire que, jeune homme malingre et laid, il a pu constater au fil de sa vie combien la gloire, le succès et l’argent confèrent bien plus de charme que la profondeur personnelle, la sensibilité, les valeurs morales ou l’intelligence.

 

Brel au-delà de ses chansons

Mais il n’y a pas que les chansons : Brel nous a aussi laissé quelques merveilles, et notamment ses entretiens. L’interview qu’il a donné au casino de Knokke en 1971, en particulier, est une perle. En quarante minutes, il vous dit tout. Tout ce qu’un jeune homme aurait besoin de savoir sur l’amour, sur le talent et le travail, sur les femmes, l’identité (belge, en l’occurrence), l’ambition, l’amélioration de soi et bien d’autres choses. Il y a bien des livres qui vous en diront moins sur la réalité du monde que ces trois petits quarts d’heure.

 

Pour le cas où vous n’auriez pas l’envie ou le temps de tout écouter, voici un petit florilège :

Tout cela est à écouter, réécouter et considérer, peut-être, comme une sorte de testament, de témoignage d’une vie d’erreurs, d’errances, de réussites, d’interrogations, de triomphes et de doutes. Le témoignage d’une vie d’homme, donc.

Ajoutons à tout cela que Brel présente un autre avantage : beaucoup de gens le considèrent aujourd’hui, à tort, comme consensuel. Vous pouvez vous réclamer de Brel, de sa poésie, de sa pensée, sans vraiment risquer quoi que ce soit a priori, pour la bonne et simple raison que la plupart des gens l’adulent sans le connaître. La réputation, ça n’est rien d’autre que la somme des contre-vérités accumulées sur votre nom et vous pourrez facilement trouver, parmi les gens qui n’accepteraient jamais de goûter ne serait-ce qu’un instant à la Pilule Rouge, des personnes qui, en revanche, seraient prêtes à considérer avec bienveillance des propos tenus par Jacques Brel. A ce titre, il peut aussi servir d’introduction, en finesse et en douceur, à la pensée virile.

Martial
Share: