La vie que vous voulez (vraiment)

Share:
Vos objectifs de vie

Nous avons déjà parlé de vos valeurs dans un article précédent. Il est temps de poursuivre l’introspection et de définir vos objectifs de vie. Car disposer d’objectifs clairs et d’une voie tracée pour les obtenir fait, bien souvent, toute la différence entre l’homme qui se contente de se laisser porter par l’existence et celui qui trace sa voie en conscience. Le premier n’est qu’une feuille morte emportée par le vent, qui se contente de réagir à ce qui lui arrive. Le second est l’artisan de son propre destin.

Quel que soit votre âge, il est probable que vous ne viviez pas, ou pas exactement, la vie que vous souhaitez vivre. Il est probable, également, que vous n’ayez pas de vision claire de vos objectifs, ni de ce que vous souhaitez au fond de vous. Si c’est le cas, pas d’affolement : énormément d’hommes (et plus encore de Jeunes Filles) sont dans ce cas. La plupart des gens, au sein des sociétés occidentales, suivent simplement la pente de moindre résistance : ils vont vers la carrière qui leur demande le moins d’efforts pour la plus grande rémunération possible, se contentent de la compagne qui leur tombe entre les bras, suivent les injonctions qui leur sont données. Zombies sans âme ni cerveau, ils se laissent vivre, bien plus qu’ils ne vivent réellement. La bonne nouvelle, si vous êtes ou avez été dans ce cas, c’est qu’il n’est jamais trop tard : qu’il vous reste 10 jours, 10 mois, 10 ans ou 50 ans à vivre, il est encore temps de faire de votre existence quelque chose qui corresponde à votre volonté, à votre idée de ce à quoi une vie doit ressembler.

Réaliser, comme on vous le propose ici, un plan de vie, ce n’est pas vous enfermer dans un carcan : c’est établir les grandes directions de votre existence à venir et vous assurer que vous allez la vivre pour vous et selon vos propres principes, d’une manière délibérée, déterminée et libre. Cela vous permet également, par la suite, de juger des événements, des opportunités, des personnes et des imprévus en fonction du fait qu’ils s’adaptent ou non à votre plan d’ensemble.

Étape 1 : définir vos valeurs

C’est l’étape essentielle, et sans laquelle rien d’autre n’est possible. Définissez clairement les valeurs fondamentales de votre existence, et vous saurez, déjà, d’où vous partez et ce qui est important pour vous sur le long terme.

Je suis le centre de ma vie

Vous êtes le centre de votre propre vie. Ne l’oubliez pas.

Étape 2 : comprendre ce qu’est un plan de vie et lancer le processus

L’idée, ici, est de vous aider à rédiger un plan. Un rétroplanning de votre existence future. Pour autant, il ne s’agit pas de vous enfermer dans un carcan. La vie est pleine d’imprévus et il est probable que, quel que soit le plan que vous définirez, les choses ne se passeront pas ainsi dans la réalité. C’est normal. Mais le plan vous donne une direction générale et le sens d’un objectif à atteindre. Le plan de vie peut être comparé au plan d’un artisan pour réaliser une oeuvre : il doit être assez précis pour permettre de construire quelque chose de solide mais laisser la possibilité d’improviser ici et là, en particulier dans les domaines qui ne remettent pas en question la structure d’ensemble.

Prendre le temps de réfléchir à son plan de vie

L’exercice qui est proposé ici ne se fait pas en une heure, ni même en un jour. Il s’agit d’une chose difficile, longue, et qui demande de regarder en face ses propres valeurs, ses propres peurs, ses propres objectifs et surtout ses propres faiblesses. Attendez-vous à ce que cela vous prenne un certain temps, et exige de vous pas mal de réflexions, de pauses, de prises de tête à deux mains. Bref : si ça n’est pas fait en une seule fois, ça n’est pas grave. L’essentiel est d’enclencher le processus, et d’y revenir régulièrement. Je dirais, à titre personnel, qu’on peut arriver à quelque chose de correct en y consacrant une bonne heure, de préférence durant un week-end, puis une demi-heure par jour pendant une à deux semaines. Mais ces chiffres peuvent considérablement varier d’une personne à une autre. Quoi qu’il en soit, échelonner le processus sur plusieurs jours vous permet, en laissant certaines questions en suspens dans un coin de votre tête, de prendre le temps de la réflexion.

Se mettre dans le bon état d’esprit

Il convient, en particulier, de vous convaincre que rien de ce que vous souhaitez n’arrivera sans travail de votre part. Tout ce que vous voulez devra être gagné. Même si, dans la réalité, il arrive que l’on reçoive des choses “gratuitement”, le mieux est de ne pas y compter et de faire, en tout, comme si les choses ne dépendaient que de vos efforts.

Rassembler le matériel

Exactement comme pour la réflexion sur les valeurs, un papier et un crayon sont les seules choses dont vous ayez réellement besoin. Encore que vous puissiez préférer quelque chose de plus cérémoniel : après tout, il s’agit de définir à quoi votre vie va ressembler pour les années à venir : une fois le brouillon rédigé, investir dans un beau cahier et un stylo élégant peut vous aider à donner à l’ensemble l’aspect d’un contrat passé avec vous-même. Éviter de travailler sur un clavier et un écran, de manière à limiter à la fois les interruptions, les distractions et les risques de correction-censure inconsciente, est plutôt une bonne idée. Munissez-vous également d’un agenda, couvrant au minimum les six prochains mois : cela sera certainement utile.

Définir ses objectifs de vie

Définir ses objectifs de vie est un travail d’introspection long et pas forcément facile

Étape 3 : comprendre et hiérarchiser vos rôles

Vos rôles dans la vie

Tout homme, au cours de son existence, est amené à endosser des rôles différents, qu’il le veuille ou non. Nous sommes définis, bien souvent, par nos rapports aux autres et ces rapports varient au fil du temps. Aussi est-il utile, dans la première phase de votre réflexion, de vous pencher sur ces rôles, et de vous demander, pour chacun d’entre eux, s’il vous est possible de l’éviter (ça n’est pas toujours le cas) et comment vous comporter pour assumer ce rôle conformément à vos valeurs (telles que définies précédemment). Une bonne manière de présenter les choses est d’écrire, sur chacun des rôles, un petit paragraphe de deux ou trois phrases, décrivant la façon dont vous voyez les choses. Si possible, ne restez pas seulement dans la théorie mais définissez, pour chaque rôle, un objectif pratique et mesurable. Par exemple : En tant que frère, je dois la loyauté et la franchise à mes frères. Je leur dois le soutien, autant que possible. Je veux pouvoir leur consacrer du temps, être capable d’échanger avec eux et de partager des choses importantes avec eux. 

Voici une petite liste des rôles que vous aurez vraisemblablement à jouer au cours de votre vie :

  • Fils
  • Petit-fils
  • Frère
  • Conjoint / Mari / Copain
  • Père (d’un garçon)
  • Père (d’une fille)
  • Grand-père
  • Cousin / Membre de la famille plus éloigné
  • Ami (à définir pour chacun de vos véritables amis)
  • Pote (à définir pour chacun de vos potes)
  • Collègue
  • Employé
  • Supérieur hiérarchique (dans le cadre professionnel)
  • Élève (dans le cadre scolaire ou en dehors)
  • Enseignant (dans le cadre scolaire ou en dehors)
  • Membre d’une communauté géographique (voisinage)
  • Membre d’une communauté ethno-culturelle (nation)
  • Membre d’une communauté politique (citoyen)
  • Membre d’un groupe religieux
  • Membre d’une mouvance philosophique ou d’un groupe idéologique
  • Membre d’une équipe sportive
  • Membre d’une association
  • Professionnel

Cette liste est loin d’être exhaustive. Il est probable que vous aurez à ajouter des rôles propres à votre vie en particulier. Votre profession, ou celle que vous visez, peut en particulier soulever un grand nombre de questions : que signifie pour vous le fait d’être médecin ? artisan ? soldat ? policier ? consultant ? Et ainsi de suite.

Une des raisons pour lesquelles nous accumulons, au quotidien, du stress et de l’angoisse, est le fait que nous agissons à l’encontre de nos valeurs ou, en tout cas, des choses qui nous semblent importantes. Être en désaccord avec les rôles que nous estimons être les bons est en effet un excellent moyen de se sentir en désaccord avec soi-même, et donc malheureux.

Définir ses priorités

Une fois vos rôles décrits, il est intéressant de les hiérarchiser : demandez-vous lequel vous définit le mieux. Lequel est prioritaire et doit prendre le pas sur les autres, en cas de conflit. La question de la hiérarchie est d’autant plus importante qu’elle vous permet d’avoir une meilleure idée de l’homme que vous êtes réellement, profondément. Qui êtes-vous ? Un citoyen d’abord et un mari ensuite ? Un père plus qu’un bon professionnel ? Un croyant avant d’être un fils ? Ces questions ne sont pas faciles à se poser et certaines pourraient vous fournir des réponses qui vous dérangent. Mais, comme dans l’exercice consacré aux valeurs, essayez de ne pas vous censurer : vous seul lirez ce que vous êtes en train d’écrire, vous n’avez donc besoin de faire plaisir à personne.

Élaguer

Peut-être vous apercevrez-vous qu’il y a trop de choses dans votre liste. C’est même assez probable. Attendez-vous donc à devoir élaguer : rayer certains éléments de votre liste, parce que vous n’avez matériellement pas le temps de vous en occuper, ou parce que vous vous rendez compte, en réalité, que vous ne vous en souciez pas vraiment. Ce sont, idéalement, les éléments les plus bas dans votre liste de priorités qui devraient être élagués en priorité. Vous vous rendrez certainement compte que ceux-ci ne sont, d’ailleurs, pas toujours ceux qui vous prennent le moins de temps au quotidien. Idéalement, à l’issue de cette étape, ne devraient vous rester que 12 à 15 rôles principaux.

Définir vos objectifs

Une fois que vous aurez hiérarchisé et élagué, vous pourrez reprendre l’écriture pour chacun des rôles. Il s’agit, à cette étape, de décrire en quelques phrases un objectif spécifique, précis et mesurable qui vous permette de savoir à quel point vous réussissez ou non à agir en fonction du rôle que vous avez établi.
Par exemple : Je veux pouvoir passer au moins un week-end par an, en tête à tête avec chacun de mes frères, à faire ensemble une activité qui nous plaît à tous deux. 

Vous pouvez également ajouter à chaque rôle quelques indices de ce que vous aimeriez que la personne concernée dise ou pense lors de votre oraison funèbre. Aussi sinistre que l’idée puisse sembler, elle est en général un bon moyen de définir ses buts dans l’existence : si je devais mourir demain, qu’aimerais-je que mon frère / mon père / mon fils / ma femme pense ou dise lors de mes funérailles ? Que graveraient-ils sur ma pierre tombale ? Demandez-vous ce qui, après votre décès, resterait de vous. Quels souvenirs ? Quelles impressions et quel héritage (matériel, certes, mais aussi et surtout émotionnel, intellectuel, spirituel : quels souvenir resteraient à vos enfants, à vos parents, à vos amis, à votre chien ?

Les rôles que vous n’avez pas encore

Certains rôles seront peut-être présents dans votre liste alors que vous ne les assumez pas, ou pas encore. Par exemple : le fait d’être père, ou celui d’être marié. Si ces choses entrent dans vos objectifs de vie, rien ne vous empêche de les mentionner, et même de décrire la manière dont vous les voyez … tout en étant conscient que le passage à la réalité amènera nécessairement des ajustements, bien entendu. Mais rien ne vous empêche, par exemple, de décrire l’épouse que vous souhaitez. Cela vous permettra déjà de savoir où il vous faut chercher pour en trouver une, quels critères de recherche établir, et ce qu’il faut que vous soyez en mesure de lui offrir.

Ne perdez pas de vue vos objectifs de vie

Le but de ce processus : vous permettre de ne pas perdre de vue vos objectifs

Étape 4 : vos objectifs de vie personnels

Maintenant que sont définis vos buts en ce qui concerne les autres (vos “rôles”), il est temps de se pencher sur ce qui compte réellement pour vous. Ce que vous voulez faire de votre vie. Ce qui vous fera dire qu’en tant que personne et en tant qu’homme, vous avancez. Pour chacun des grands thèmes de votre existence, tentez de définir, en une ou deux phrases, le but que vous vous fixez dans l’absolu, celui que vous vous fixez à assez long terme (10 ans), à moyen terme (3 ans), à court terme (1 an) et à très court terme (3 mois). Ajoutez, enfin, une dernière ligne : “aujourd’hui”, qui indique ce que vous pouvez faire immédiatement.

Par exemple :

Corps & santé :

  • Dans l’absolu : un beau corps musclé, être en bonne santé physique
  • 10 ans : être ceinture noire dans l’art martial que je pratique; avoir un corps d’athlète
  • 3 ans : être ceinture verte dans l’art martial que je pratique; peser 85 kilos maximum
  • 1 an : être ceinture jaune ; peser 95 kilos maximum
  • 3 mois : m’être inscrit au club d’arts martiaux; avoir pris l’habitude de faire 3 séances de sport par semaine. Avoir terminé au moins deux programmes de remise en forme Darebee. 
  • Aujourd’hui : me renseigner sur les clubs près de chez moi. Choisir un programme Darebee de remise en forme. 

Quelques thèmes sur lesquels réfléchir à vos objectifs :

  • Argent & finances
  • Corps & santé
  • Carrière & travail
  • Domicile & lieu de vie
  • Famille
  • Relations sociales en général
  • Réussites intellectuelles & culturelles
  • Spiritualité
  • Style de vie
  • Voyages

Attention : les objectifs que vous choisissez doivent, du moins en majeure partie, dépendre de vous : n’y incluez rien qui relève du pur hasard (Gagner au Loto est, typiquement, l’élément qu’il vaut mieux éviter), ni du bon vouloir des autres.

Comme pour ce qui concerne vos rôles, il est probable que vous aurez à hiérarchiser et à élaguer vos objectifs personnels. C’est normal.

Étape 5 : laissez mijoter

Une fois que vous aurez établi toutes vos listes, laissez mijoter tout cela à feu doux pendant quelque temps. Une bonne semaine sans toucher au cahier est une bonne idée. Ce n’est pas du temps perdu. Lorsque vous relirez tout cela à tête reposée, dans une semaine, vous verrez les choses autrement.

Étape 6 : un planning de votre vie future

Après cette pause nécessaire, reprenez vos notes et examinez tout ce que vous indiquez comme objectifs et comme rôles. Corrigez ce qui vous semble ne relever que de l’humeur du moment et essayez de vous concentrer uniquement sur ce qui compte vraiment pour vous, quitte, pour l’instant, à barrer certains objectifs. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à saisir votre agenda : vous connaissez déjà ce que vous devez faire immédiatement. Notez-le illico sur l’agenda : à aujourd’hui, à demain … en tout cas, à la semaine qui vient.

Pour les trois mois qui viennent

Notez au moins une mission par jour, en commençant par la fin : ainsi, vous établirez un retro-planning des actions à mener, en fonction de vos objectifs à très court terme. Ces missions doivent être en rapport avec vos objectifs personnels ou vous permettre de les mener à bien. Une fois votre agenda complété, ajoutez, sur la période, au moins une mission supplémentaire pour chacun de vos rôles. Assurez-vous que les missions soient réalistes et que vous puissiez facilement établir si elles ont réussi ou pas (par exemple : perdre du poids n’est pas un objectif acceptable; peser moins de 100 kilos est en revanche un objectif acceptable, puisqu’il est précis et mesurable).

Pour les neuf mois suivants

Continuez à établir un planning. Mais vous n’avez pas besoin de le faire au jour le jour : une liste de vos missions pour chaque semaine est suffisante.

Pour les deux années qui suivent

Idem, mais vous pouvez noter vos missions mois par mois.

Pour les sept années qui suivent

Idem, mais vous pouvez noter vos missions trimestre par trimestre.

Voilà ! vous disposez désormais d’un plan des actions à mener sur les dix prochaines années. Si vous organisez votre temps en suivant la Matrice Décisionnelle d’Eisenhower, la plupart des éléments que vous aurez noté dans le cadre de cet exercice appartiendront à la Catégorie 2 : important mais pas urgent. Au quotidien, garder en tête ses objectifs à long terme peut être d’une grande aide en termes de motivation. Par exemple, être capable, chaque semaine, de noter l’avancée, lente mais sûre, de vos plans, ne peut qu’être bénéfique en termes de moral.

Étape 7 : des bilans d’étapes

Notez également dans votre agenda, tous les trois mois, un rendez-vous avec vous-même. Ce rendez-vous est un bilan d’étape. Il risque de vous prendre plusieurs heures : prévoyez donc du temps, ne prenez pas d’autre engagement ce jour-là, et ainsi de suite. Au cours de ce rendez-vous, réfléchissez aux trois mois écoulés et notez quelles sont vos impressions. Avez-vous progressé dans vos objectifs ? Avez-vous eu le sentiment que votre vie prenait davantage de sens ? Avez-vous réussi à mettre de l’ordre dans vos priorités ?

Plan de vie repere boussole

Votre plan de vie n’a pas à vous enfermer. Il est là pour vous servir de boussole, vous assurer que vous allez bien dans la bonne direction

Quelques petits trucs en plus

Si vous avez du mal à établir des actions spécifiques, ou si vous ne maîtrisez pas l’usage du retro-planning, voici quelques petites astuces supplémentaires pour remplir votre agenda :

  • En début de période, définissez votre situation en quelques phrases : soyez totalement honnête avec vous-même. Si les choses vont mal, n’hésitez pas à l’indiquer. Mais indiquez aussi par quels moyens elles pourraient s’améliorer. Et notez à quoi vous voulez arriver dans le temps donné. Exemple : Mon corps a été laissé à l’abandon trop longtemps; je me sens gras et mou, et je ne l’aime pas. J’aimerais, d’ici trois mois, avoir commencé à en reprendre possession, en perdant du poids et en me mettant à la musculation. 
  • Listez les étapes nécessaires pour parvenir à ce résultat, et ce de la manière la plus précise et complète possible. Exemple : Sélectionner un programme de musculation adapté à mon niveau. Choisir un régime alimentaire approprié et que je puisse suivre pendant plusieurs mois sans craquer. Acheter des haltères ou m’inscrire dans une salle de sport. 
  • Listez les actions à mener pour que chacune des ces étapes soit possible. Exemple : Faire des recherches sur un programme de musculation pour débutant. Rechercher des régimes pour prise de muscle. Trouver la salle de sport la plus proche de chez moi et obtenir un certificat médical pour me permettre de m’y inscrire. Donc : appeler mon médecin traitant pour prendre rendez-vous. 
  • Il ne vous reste plus qu’à reporter ces différentes actions sur votre agenda. Évitez, surtout au début, de vous surcharger : il est en général plus motivant, sur le long terme, d’obtenir une petite victoire quotidienne, plutôt que de faire un gros effort soudain, puis de craquer au bout d’une semaine.
  • Les personnes qui, volontairement ou pas, vous aident à accomplir vos objectifs de vie, sont des personnes bénéfiques pour vous. Ceux qui s’opposent à vos objectifs sont des personnes toxiques pour vous. Cela ne veut pas dire qu’elles sont nécessairement méchantes : beaucoup de personnes toxiques sont très bien intentionnées. Mais de la copine qui fait la gueule si vous allez trop souvent à la salle de sport au “bon copain” qui vous encourage à picoler alors que vous devriez suivre votre régime, les toxiques sont légion. Certains peuvent être raisonnés. D’autres doivent juste être évités ou éjectés de votre existence. Sachez qu’il est souvent bien plus facile de rencontrer de nouvelles personnes, compatibles avec vos objectifs, plutôt que de changer la manière d’être de celles que vous connaissez déjà.

Corrections et aménagements

Vous disposez désormais d’un plan de votre vie future. Cela ne signifie cependant pas qu’il est gravé dans le marbre. Il y aura forcément des imprévus. Vous changerez peut-être d’opinion sur telle ou telle chose au fil du temps. Dans tous les cas, souvenez-vous que ce plan est au service de votre personne et de vos objectifs, et non l’inverse. Si le plan doit changer parce que vous avez changé : qu’il change ! Vous êtes plus important que lui. Élaborer la vie que vous souhaitez ne se fait pas en un jour, ni même en un mois. Et comme vous allez changer au fil du temps, il est indispensable, au cours de vos bilans d’étape, de remettre à jour et repenser vos objectifs.

L’idée n’est pas de vous enfermer dans un carcan; bien au contraire, il s’agit de vous permettre de réfléchir à vos vrais objectifs de vie, à ce qui est réellement important pour vous. Et vous amener à faire en sorte d’y travailler, d’être acteur de votre propre existence, plutôt que simple spectateur des événements qui vous emportent. 

Illustrations : John Jason G. Crescoli Tom Parkes Ben Sweet Jakob Owens

Martial
Share: